Poésie… même pas peur !


Sous l’impulsion de Jacques Jouet nous nous risquons à écrire… Chacun joue le jeu…

La contrainte : un poème litanique de onze vers, commençant par un pronom puis un verbe (repris systématiquement à chaque vers) avec une rupture de la litanie sur un des vers…

 

Elle écrit tous les jours quelques lignes griffonnées sur un carnet à spirales

Elle écrit sur quelques feuillets posés sur le buffet en formica

Elle écrit ses gestes, ses habitudes, ses rencontres

Elle écrit sa vie

Elle écrit par tous les temps, en toute saison

Une porte claque ! Tiens les voisins rentrent

Elle écrit en attendant le retour des enfants

Elle écrit pendant que mijote le repas du soir

Elle écrit vite, elle ne veut pas qu’on la voie

Elle écrit ses pensées les plus secrètes

Elle écrit encore et encore…

 

Elle part un jour sur deux au petit matin me laissant seul avec la nuit

Elle part le soir venu gagner son pain il le faut bien

Elle part mais elle revient

Elle part sans moi des jours durant ça lui fera le plus grand bien

Moi, je reste

Elle part dans des délires enfantins et je la suis parfois mais de loin

Elle part pour le Nord, le Sud et l’Est tandis que moi je suis à l’Ouest

Elle part loin, loin

Elle part mais elle revient toujours

Ils marchent sous le soleil ou la pluie

Ils marchent de leur plein gré

Ils marchent en rangs serrés, venus de tous horizons

Ils marchent fiers d’être là, fiers d’être debout

Ils marchent en habitués des cortèges ou pour la première fois

Ils marchent en silence, ou bien en applaudissant et en chantant

Ils marchent avec des pancartes et des crayons levés

Mais où vont-ils si nombreux ?

Ils marchent par solidarité

Ils marchent pour défendre leur idée de la liberté

Ils marchent parce qu’ils sont tous Charlie

 

Je t’explique qui je suis

Je t’explique ce que je veux

Je t’explique pour que tu comprennes

Je t’explique le pourquoi

Je t’explique les choses de la vie

As-tu compris où je veux en venir

Je t’explique avec mes tripes

Je t’explique pourquoi je vais réussir

Je t’explique pourquoi j’ai cela en moi

Je t’explique la justice et l’injustice

Je t’explique ma réussite, et mon combat

Je t’explique demain, je vais gagner !

 

 

Je rêve que les choses changent

Je rêve que ce soit possible

Je rêve les yeux ouverts et le cœur serré

Je rêve en pensant que ce que je vois n’existe pas

Je rêve que la réalité n’est pas celle que je crois connaître

Je rêve d’ailleurs

Je rêve pour oublier et pour renaître

Je rêve avec espoir et confiance en l’avenir

Je rêve et je crois en mes rêves

Alors…

Je rêve

 

Elle pleure ses utopies envolées

Elle pleure parce que trop de violence

Elle pleure parce que trop de silence

Elle pleure, seule maintenant

Allons, il va falloir faire face

Elle pleure avec eux, avec elles, ses illusions perdues

Elle pleure pour eux, pour elles

Elle pleure et rejoue la scène

Elle pleure et se souvient

Elle pleure et se remet à penser

Elle pleure : demain, elle rira, elle vivra

Ils rêvent qu’ils vont jouer dans la neige

Ils rêvent à un monde meilleur

Ils rêvent à l’amitié

Ils rêvent à de nouveaux voyages

Ils rêvent aux parents immortels

Ils rêvent à une société plus juste

Ils rêvent que la nature soit préservée

Ils rêvent de devenir quelqu’un

Ils rêvent d’avancer ensemble

Mais tout autour d’eux dit le contraire

Ils rêvent que l’avenir soit moins morose

Nous verrons le jour poindre parmi les nuages

Nous verrons la lune disparaître

Nous verrons la foule envahir la ville

Nous verrons les lumières s’éteindre

Nous verrons le fourmillement des voitures sur les routes

Nous verrons l’arbre ployer sous la tempête

Nous verrons le navire disparaître et revenir sur la mer déchaînée

Nous verrons la montagne blanchie s’incruster dans le ciel

Nous verrons la valse des étourneaux avant qu’il se couchent

Nous verrons la vie

Mais savons-nous voir au-delà

Certains rêvent de connaître les mots

Certains rêvent de savoir les organiser, les combiner, les manier

Certains rêvent d’écrire

Certains rêvent d’aventures, de voyages, de rencontres ordinaires et extraordinaires

Certains rêvent d’écrire pour s’évader

Certains rêvent de voyager par les mots et au-delà de ces mots

Certains rêvent même que les mots peuvent changer leurs destins

Certains rêvent de partager ces mots

Certains rêvent d’ailleurs tout simplement

A quoi aspirent-ils chacun et tous ensemble ?

Certains rêvent…

On imagine vivre

On imagine un temps sans loups

On imagine un monde sans tempêtes

On imagine des voyages sereins

On imagine des amours complices

On imagine des amitiés solides

On imagine des voix douces et réconfortantes

On imagine des éclats de rire

On imagine une vie tout simplement

Mais je n’ai plus d’imagination

Je balance, Je balance

Je balance sur mes rêves

Je balance dans les airs

Je balance entre imaginaire et réel

Je balance autour du monde et suis sur un nuage la courbe du ciel

Ciel d’orage, sang, chair et brisures

Je balance en équilibre

Je balance amoureusement

Je balance broyés par ce temps d’ignorance

Je balance au cœur du monde

Je balance pour vivre pour créer la courbe de l’avenir

 

 

Il poétise depuis qu’il est tombé en amour

Il poétise… depuis toujours

Il poétise nuit et jour

Il poétise en solitaire et sans vers

Il poétise en groupuscule oulipien

Il poétise dans le métropolitain

Il poétise les quidams des magasins

Il poétise le bottin de l’Ain

D’aucun pense qu’il est vraiment perché

Il poétise le temps et le vent

Il poétise l’humanité.

Tu penches

Tu penches sous les airs marins

Tu penches ta joue au bambin

Tu penches pour moi et je m’épanche

Tu penches avec l’âge

Tu penches trop, dit ton ange-gardien

Tu penches et t’inclines sous l’arbre

Tu penches au rythme de ton cœur

Tic-tac, tu vois bien les flaques

Tu penches au soleil qui te fait de l’œil

Tu penches pour un monde meilleur

 

Avec la participation de Françoise, Annie, Elisabeth, Claire, Marise, Isabelle L., Jean-François, Boris, Marie-Jeanne, Christine L, Thomas, Véronique G, Christine P., Isabelle R., Véronique F, Anne, Kathie

 

 


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

35 − 26 =