art


La conférence TED et le Programme TEDx : le savoir partagé 2

Le 30 janvier dernier, à l’Espace Pierre Cardin de Paris, se sont déroulées les conférences du programme TEDxParis, organisées sous licence de la Conférence TED. Une façon intéressante de partager le savoir et de propager les idées, à découvrir si ce n’est déjà fait.


23ème exposition d’art à Sancoins du 26 juin au 5 juillet 2009

  Comme toute exposition, ce salon d’art commence par l’installation. Des bénévoles se sont réunis pour mettre en place l’éclairage, les panneaux qui accueilleront les toiles… Instants toujours émouvants la découverte des oeuvres, l’ouverture des colis,  première impression, elles accrochent tout de suite le regard, ou bien laissent indifférent selon […]


Peinture et cinéma (2) : « Meurtre dans un jardin anglais »

http://www.youtube.com/watch?v=Mp7qkYPX7A8Toujours dans le cadre de la prochaine séance du cinéma le Rio demain soir (« Ivre de femmes et de peinture » à 20h30), continuons sur le passionnant thème de la peinture et des peintres au cinéma… Impossible de parler des liens unissant les arts graphiques et le cinéma, sans évoquer un réalisateur britannique hors-norme : Peter Greenaway.

Né au Pays de Galles en 1942, il a débuté par la peinture et l’illustration de livres, avant de s’attaquer au cinéma expérimental…

Son chef-d’oeuvre le plus fameux s’intitule « Meurtre dans un jardin anglais » – ou en V.O. « The Draughtsman’s Contract » (1984).
L’histoire (labyrinthique) se passe au XVIIè siècle, un jeune artiste réputé – Mr. Neville – est engagé par une noble Lady, afin de réaliser – en l’absence du mari de cette dernière… – plusieurs vues paysagères du magnifique parc entourant sa propriété. Ce contrat prévoit une rémunération… en nature !

L’intrigue de ce polar historique et artistique (à voir en V.O. sous-titrée pour le parfait accent anglais) est un peu difficile à suivre au départ, mais on se laisse charmer par la beauté des images et par la musique baroque du compositeur Michael Nyman (ici un extrait musical du film), également auteur de la sublime bande-son de « La Leçon de piano », autre chef-d’oeuvre de la néo-zélandaise Jane Campion, et Palme d’or du Festival de Cannes 1993).

Seulement, en plus de commettre le « péché de chair » avec cette gente dame plutôt perverse – entourée de courtisans hypocrites -, le dessinateur a eu le tort, en effectuant ses croquis panoramiques, d’être témoin de choses qu’il n’aurait jamais dû voir ici… ce qui lui vaudra sa perte, en l’occurence son assassinat.
Superbe et originale mise en scène, où le spectateur visionne les évènements importants (après coup, car anodins sur le moment) à travers l’oeil de l’artiste, plus concrètement à travers le cadre dont celui-ci se sert pour reproduire les mesures et les bonnes perspectives de ses dessins.

En plus de l’art, Greenaway est obsédé par les thèmes de l’architecture et de la numérologie (les titres chiffrés de plusieurs de ses autres films le prouvent : « 8 femmes et 1/2 », « Drowning By Numbers » – ou l’histoire malsaine d’un complot de veuves qui ont toutes fait disparaître leurs maris en les noyant, à tour de rôle ! – et l’une de ses dernières sorties « The Tulse Luper Suitcases » ou l’histoire d’un meurtrier en série vu à travers 92 de ses valises dispersées ici et là (…) présentée lors du Festival de Cannes 2003, difficile à résumer ici…).

Bref du cinéma d’auteur assez complexe mais pas rébarbatif du tout, au contraire, à condition de faire l’effort de « rentrer » dans l’univers de ce cinéaste de génie.


La peinture au cinéma (1) : « La jeune fille à la perle »

http://www.youtube.com/watch?v=5ODy_1Tc1r8A l’occasion de la prochaine séance-rencontre au cinéma florentais le Rio (consacrée au thème de la peinture au cinéma, avec le vendredi 13 mars à 20h30 la projection du film coréen « Ivre de femmes et de peinture »), petite filmographie sélective et non-exhaustive sur la peinture et les peintres.
scarlettgriet
 
D’abord un coup de coeur particulier pour le film de Peter Webber : « La Jeune fille à la perle » – « Girl With A Pearl Earring » (2004), adapté d’un livre de la romancière Tracy Chevalier (1999).
Delft (Pays-Bas), milieu du XVIIè siècle – âge d’or de la peinture flamande…
Griet, une jeune servante (Scarlett Johansson), est engagée dans la maison bourgeoise du grand maître Johannes Vermeer (Colin Firth), pour aider son épouse, ses proches et le reste des aides ménagères dans la bonne tenue de cette demeure… Bientôt, sa douceur, sa vivacité d’esprit, la grâce de son visage et de ses gestes attirent l’attention du peintre, qui lui demande de poser pour lui, en cachette d’abord…
Bientôt le scandale arrive, l’épouse jalouse d’une pauvre domestique et la ville toute entière sont au courant de cette « liaison » inconcevable pour l’époque.

Au-delà de l’histoire d’amour et d’attirance mutuelle, mon intérêt pour ce film réside dans l’extraordinaire reconstitution historique (de la ville de Delft et de ses canaux notamment) et artistique (on croit voir les tableaux de Vermeer revivre sous nos yeux), Scarlett Johansson était décidément faite pour ce rôle, tant sa ressemblance avec le vrai modèle du tableau est incroyable ; et puis la photographie est sublime, très léchée…

(tableau de Vermeer, la Haye, Pays-Bas, www.evene.fr)

Une « perle » du cinéma très pédagogique, qui donne envie de s’intéresser à la peinture flamande et à l’histoire de l’art en général…


nouvelle exposition à Fussy!

   Bonjour à tous! Me voilà revenue aujourd’hui pour vous inviter à venir visiter une nouvelle exposition intitulée « ENTRELLES », qui réunie trois charmantes exposantes: Birte BRAUN qui nous présente son travail de tissage, Céline NICOLAS qui nous montre différents travaux fait sur terre, et Martina BARFÜSS qui nous propose une […]


Re-escapades

Comme toute nouvelle construction, il y a des ajustements qui interviennent en cours de route. Tout ça pour vous annoncer que si vous voulez parler d’un spectacle (théâtre, musique, chant, danse,…), d’une manifestation (festival, conférences, projections de films, expostions,…) ou d’un lieu (musées,…) que vous adorez, ou détesté, c’est ici […]