Ciel d’acier 1


imgres

 

Les Indiens mohawk sont ironworkers (charpentiers de l’acier ) chalumeaux en main,   ils construisent l’Amérique depuis un siècle de père en fils. Ils assemblent, boulonnent les structures d’acier qui s’érigent dans le ciel des grandes métropoles.

En 1905, ils édifient le pont qui enjambe le Saint Laurent, ils construisent les gratte-ciels qui   cisèlent l’horizon de l’Amérique, ils approchent le ciel, les nuages, les aigles, mais aussi le feu, la foudre qui en tuent quelques uns quand ce ne sont pas les chûtes.

Ils vivent en l’air,   ils construisent mais déconstruisent aussi, ce qu’ils feront en 2001.

C’est l’épopée de cette tribu indienne de l’est Canadien qui nous est contée, de la construction d’un premier pont en 1886 à la   construction de la Liberty Tower qui remplace le World Trade Center.

11 septembre 2001, début du   récit, un premier avion percute une des Twin Towers, puis un deuxième, c’est impensable, sidérant, ce ciel   déchiré et ces tours qui s’effondrent ensevelissant des milliers de personnes et nombreux pompiers venus sur les sites.

Arrivent aussi les ironworkers pour libérer les victimes prises au piège de ce mikado géant

John LaLiberté dit Cat arrive parmi les premiers, et restera sur ce brasier, cet enfer toxique pendant de nombreux mois.

 

L’auteur, journaliste grand reporter, écrit son premier roman, particulièrement bien documenté, passionnant de bout en bout. Roman polyphonique où se croisent plusieurs générations, plusieurs histoires.

Belle réussite.

Ciel d’Acier de Michel Moutot cher Arléa

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

67 − 64 =

Commentaire sur “Ciel d’acier