L’enfer du goulag sous Brejnev « Sinécure au pays du goulag », livre de Daniel Durdu 1


Pour de nombreuses personnes le goulag est synonyme de stalinisme. On croit qu’après le mort de Staline la vie est devenue plus respirable pour les peuples composant l’URSS. Or les souffrances que leurs dirigeants leur ont fait subir ne se sont réellement atténuées que pendant les dix ans où Krouchtchëv a eu le pouvoir dans le pays. Dès son éjection par Brejnev et ses alliés, Kosyguine, etc. la répression s’est de nouveau amplifiée et on a envoyé dans les prisons et dans les camps (renommés « colonies » pour faire moins « pire ») de plus en plus de gens et on a interné en hôpital psychiatrique de plus en plus de dissidents.

L’auteur a vécu en URSS au cours de la sinistre période de Brejnev et en a énormément souffert.
Ceci est un témoin encore vivant de de ce qu’il a vécu et de cette époque.

« Sinécure au pays du pays du goulag », éditions Rencontres Témoignages, ISBN : 9782873070694. 18,90 €


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 45 = 47

Commentaire sur “L’enfer du goulag sous Brejnev « Sinécure au pays du goulag », livre de Daniel Durdu

  • Pierre Mennereau Auteur de l’article

    Avant ma retraite, j’ai travaillé pendant deux ans comme comptable à GE 29, le diffuseur des éditions Rencontres. Grâce à cela, quand j’ai quitté cette société, on m’a fait cadeau de ce livre. J’ai été très surpris en le lisant. Je n’imaginais pas auparavant qu’il existe des gens qui retournent vivre en le sachant dans une dictature très dure et de finir pas s’y faire emprisonner sous un prétexte bidon, simplement pour avoir appris à un vice-consul de France de l’époque qu’il n’était pas très heureux de devoir participer à la fabrication de nouveaux explosifs plastiques super-puissants. La préface de ce livre, écrite par un auteur et éditeur de Charente, Christian Robin, me semble donner un compte-rendu de ce livre auquel il n’y a rien à ajouter : « …Un ouvrage à classer à côté de ‘Une journée d’Ivan Denissovitch’ de Soljenitsine… » De plus, pour ceux que le langage – à base de russe populaire – parlé dans les camps, ce livre fourmille d’explications et est accompagné d’un index d’une dizaine de pages contenant des mots et des expressions de ce langage. Pierre Mennereau