Allogny a résisté avec Oscar Brénifier 1


Vendredi 23 septembre 18h45 (le quart d’heure berrichon) coup d’envoi de l’atelier philo enfants/adultes à la bibliothèque d’Allogny. Oscar Brénifier est arrivé en avance, toujours très décontracté mais je le connais (un peu) maintenant et je suis moins impressionnée.HPIM1530

Les enfants au premier rang sont un peu surpris par ses questions et n’osent pas répondre. Très vite ce sont les parents qui sont sollicités et « mis en demeure » de répondre par « oui » ou « non » à des questions concernant leur attitude face aux réactions de leurs enfants. Ils sont bien vite décontenancés. Retour vers les enfants qui se prêtent bien au jeu et répondent avec beaucoup de sérieux. « Cest bien, c’est mal? » La réflexion est lancée. Toujours aussi perturbant mais la bonne humeur s’installe.

« Mais non proteste quelqu’un, tout n’est pas noir ou blanc il y a des nuances »

« Peut-on vivre heureux avec un idéal qu’on sait ne jamais pouvoir atteindre? demande Oscar Brénifier.

« Cela me fait penser au mythe de Sisyphe » lance une autre voix et voilà maintenant le débat lancé sur la pensée constructive et la pensée associative….

Les deux heures ont passé très vite. Nous avons appris un peu plus à philosopher mais le chemin est encore long vers la sagesse. Nous réinviterons Oscar Brénifier c’est promis!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

64 + = 67

Commentaire sur “Allogny a résisté avec Oscar Brénifier

  • Dominique Laganne

    L’atelier d’Oscar Brénifier : déroutant, déstabilisant, mais avec humour, bonhomie et sens de la pédagogie. A quatre ans, quand un enfant s’agite, le voilà invité à prendre la posture d’un vieux sage chinois… A cinq ans, une petite fille acceptera de sortir son chewing gum de la bouche, ce qui lui permettra de parler…
    Et pour accepter de dire que l’on ne sait pas et que ce n’est pas un problème,Oscar Brénifier prend l’exemple du mot scrogneugneu, de fait ignoré des enfants.
    Des « petites choses » aux concepts, à la tentative de problématiser une idée, la démarche est la même : dialogue et questionnement, et c’est passionnant,pour les enfants comme pour les adultes.