Annette, une enfant cachée dans un village du Berry 1


Dimanche 22 mai, à 16 h 15, au foyer logements de Menetou-Salon, la bibliothèque propose la projection d’un film documentaire, sur le tracé de la vie d’Anna Zacks, issue d’une famille juive, cachée pendant la deuxième guerre mondiale par la famille Boyau, d’Ivoy-le-Pré. Ses filles, Sabrina, Eva et Valérie, ainsi que Colette, fille d’Isidore et Léontine Boyau, ont accepté de témoigner sur cet héritage familial. Ce film fut réalisé en 2009, par les élèves de 3eA du collège Béthune-Sully d’Henrichemont dirigés par Yann Guillemain réalisateur et avec le concours de Yannick Bedin professeur d’histoire, Nicolas Patriarca professeur de français et de M. Marty documentaliste. Un débat avec l’équipe du film et des témoins suivra la projection.

Depuis samedi 14 mai, une exposition relatant la vie d’Anna Zacks, l’histoire et le dévouement des Justes, le déroulement et la réalisation du film par les élèves, est visible aux heures habituelles de la bibliothèque, à savoir le lundi, de 16 h à 18 h, le mercredi et le samedi, de 15 h à 17 h.

Quelques images de l’exposition :

Les Justes, leur histoire et leur dévouement

Les Justes, leur histoire et leur dévouement

Réalisation du film

Réalisation du film

L'histoire d'Anna Zacks

L'histoire d'Anna Zacks

Les Futurs de l'écrit à Noirlac

Les Futurs de l'écrit à Noirlac

Festival de Bandits-Mages

Festival de Bandits-Mages


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 1 =

Commentaire sur “Annette, une enfant cachée dans un village du Berry

  • valérie cormier

    Film très émouvant ! Belle réalisation par les collégiens, bravo à eux !
    Beaux témoignages des filles d’Annette. Dommage qu’elle ne soit plus là, pour nous raconter sa vie…
    Il ne faut pas oublier cette page, malheureuse, de l’Histoire et garder en mémoire les atrocités qui ont pu exister et qui perdure encore dans le Monde.
    Il faut toujours résister à toutes formes d’injustices et garder en soi beaucoup d’humanité pour aider les personnes souffrantes. Essayons d’être, nous aussi, des « Justes », car ceux de 39-45, sont des hommes et des femmes qui ont su résister à leurs manières à l’injustice effroyable, comme cela est raconté dans ce film ; Annette.
    Merci à la bibliothèque de Menetou-Salon, pour ce beau moment passé ensemble.