Passeurs de poèmes : le choix de Nino


classe_ouvriere002

photo Michel Zoladz

Au prolétaire (extrait)

le jour au fond des mines

 Ne coûte pas plus cher la clarté des étoiles
Que ton sang et ta vie prolétaire et tes moelles
Tu enfantes toujours de tes reins vigoureux
Des fils qui sont des dieux calmes et malheureux
Des douleurs de demain tes filles sont enceintes
Et laides de travail tes femmes sont des saintes
Honteuses de leurs mains vaines de leur chair nue
Tes pucelles voudraient un doux luxe ingénu
Qui vînt de mains gantées plus blanches que les leurs
Et s’en vont tout en joie un soir à la male heure
Or tu sais que c’est toi toi qui fis la beauté
Qui nourris les humains des injustes cités
Et tu songes parfois aux alcôves divines
Quand tu es triste et las

Guillaume Apollinaire


A propos de Nino

NINO, chauffeur à Direction de la Lecture Publique. Je conduis le bibliobus avec mes 3 collègues qui du Nord au Sud et de l'OUEST à l'EST allons dans les villes et villages du département échanger romans documentaires divers et cd pour petits et grands.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

84 − 80 =