Avant d’aller à la mer… Allez à Mers ! 5



C'est pas la mer... c'est la mare à Mers

C'est pas la mer... c'est la mare à Mers

Riante petite commune de l’Indre, Mers-sur-Indre (574 habitants) situé à 15 km de La Châtre et à 28 de Châteauroux, est principalement connue pour être le cadre de « La mare au Diable », roman champêtre et hanté de George Sand, qu’elle écrivit en quatre jours (plus exactement quatre nuits, de 22h à 6 ou 7 h du matin selon son habitude).

Mers_sur_Indre_1
La mare se niche dans la forêt de Chanteloube. Une vielle femme (un peu sorcière ?) en faisait ce récit à Germain, le héros laboureur du roman :
«Oui, mon garçon, dit-elle, c’est ici la Mare au Diable. C’est un mauvais endroit, et il ne faut pas en approcher sans jeter trois pierres dedans de la main gauche, en faisant le signe de la croix de la main droite: ça éloigne les esprits. Autrement il arrive des malheurs à ceux qui en font le tour. […]
– Oui, dit la vieille, il s’est noyé un petit enfant!
Germain frémit de la tête aux pieds; mais heureusement la vieille ajouta:
– Il y a bien longtemps de ça; en mémoire de l’accident on y avait planté une belle croix; mais, par une belle nuit de grand orage, les mauvais esprits l’ont jetée dans l’eau. On peut en voir encore un bout. Si quelqu’un avait le malheur de s’arrêter ici la nuit, il serait bien sûr de ne pouvoir jamais en sortir avant le jour. Il aurait beau marcher, marcher, il pourrait faire deux cents lieues dans le bois et se retrouver toujours à la même place.
»
Si le cœur vous en dit n’hésitez pas à y faire… un tour (et n’oubliez pas les cailloux.)

9782013225304

A noter que le livre fut adapté pour le théâtre par le sancoinais Hugues Lapaire.

Loin de toutes ces sorcelleries et plus proche de l’enchantement, le festival

Rencontres des Arts

s’y déroule tous les ans depuis 1998. (Pour être précis ce n’est que la troisième édition à Mers-sur-Indre, les précédentes ayant eu lieu dans le village voisin de Thevet-Saint-Julien.)

Cette Treizième rencontre du 16 au 18 juillet 2010 est placée sous le thème des nocturnes (hommage à Chopin) et s’intitule joliment :

Insomnuit.

Francine Garnier et Momo Basta, les co-présidents de l’équipe Rencontre des Arts présentent ainsi les principes qui régissent leur manifestation :

« Notre manifestation d’art contemporain est placée sous le signe des rencontres et des croisements. L’implantation des lieux d’exposition – en accès libre – témoigne de l’imbrication avec la commune et ses habitants: Lieux d’habitation, granges, garages, salles communales, église, porche, cours, place, chemins, rues… et donne aux exposants l’occasion d’exploiter ces géographies particulières qui colorent le parcours des visiteurs.
Nous invitons les artistes avec le souci permanent de promouvoir l’exigence et la véracité des démarches, sans l’enfermer dans une chapelle artistique, ni se limiter à une forme d’expression.
»

Lors de ces journées se côtoient donc peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes, mimes, comédiens, musiciens… et autres artistes hybrides que ces rapprochements et croisements engendrent.

Les années précédentes on a ainsi pu y admirer les travaux d’Ernest Pignon-Ernest, Henri Cueco, Vladimir Vélickovic, Pétra Werlé, Gabriel Yacoub, Jean Rustin, Lydie Arickx, André Minvielle, Elene Dee & Alain Engelaere… Derrière ces noms parfois inconnus, souvent trop méconnus, un feu créatif de magnificences et d’éblouissements. N’hésitez pas à cliquer sur les liens vous ne le regretterez pas!

Cette année l’invité d’honneur est l’inclassable artiste pyrotechnicien et pyromane Christian Jaccard dont une œuvre est ainsi présentée sur le programme : « APCIS 07 est un tableau éphémère où l’ignition travaille l’altérité des traces à travers une succession d’événements dont la caméra capte la dimension intemporelle d’un théâtre de flammes. Les cumuls de suie présentent un enchaînement de strates dont la substance est le temps de transformation de la matière en mémoire et l’absence de leur spectre la matière d’un souvenir.» Oui je sais… Mais si le but de l’art est de nous apostropher, de nous inciter à réfléchir, c’est réussi!

Son credo : allumez le feu ! Sa performance est prévue à l’église. Ca sent déjà le souffre.

Egalement présent :

– le photographe aveugle Evgen Bavcar. Naturalisé français cet artiste slovène né en 1946 a perdu la vue à 12 ans. Philosophe, chercheur à l’IEAC, passionné d’astrophysique il propose une exposition de photographies liant ciels étoilés et mémoire.

Photo d'Evgen Bavcar
Photo d’Evgen Bavcar
Evgen Bavcar

Evgen Bavcar

A cette occasion, la journaliste d’origine sibérienne Natallia Bogdanovska (aucun lien de parenté avec les terriblement étranges jumeaux télévisuels) présentera son film « Le photographe aveugle » (26′) consacré à Evgen Bavcar.

– le  peintre autodidacte guadeloupéen Jean-Charles Quillin (né en 1965) fut en d’autres temps l’invité d’honneur de la biennale de Bourges en 2006, avec une exposition au Château d’eau. Un travail axé sur le noir pour un résultat parfois proche de monochromes. Artiste aux talents multiples il est aussi poète et compositeur.

Les voeux de la nuit. J.-C. Quillin

Les voeux de la nuit. J.-C. Quillin

– le sculpteur Jean Anguera, né à Paris en 1953 s’installe dans le Loiret en 1996. C’est là qu’il confectionne dans la terre ses petites (par la taille) sculptures « sombres qui paraissent surgir tels des fantômes dans l’étendue plate, animés mais immobiles comme des montagnes isolées. »

Sculpture de J. Aguera

Sculpture de J. Aguera

– le sculpteur Michel-Rémy Bez dont le matériau premier est l’arbre … inversé.

M.-R. Bez

M.-R. Bez

Jean Claude Le Gouic propose une installation picturale en lumière noire (intriguant oxymore rappelant « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles» cher à Corneille) tout à fait judicieuse dans la thématique Insomnuit. Les Rencontres des Arts se déroulant sur 3 jours mais aussi 2 nuits.

Florence Bost propose une installation textile enrichie d’encres luminescentes à haute rémanence ( !?!?!!!) Ah les mystères conjoints de l’art et la technique ! Une expo changeante en fonction de sa vision diurne ou nocturne.

Florence Bost

Florence Bost

-le plasticien graphiste Malte Martin et son programme d’installation visuelle dans l’espace public. De quoi en prendre plein les yeux et s’exploser la rétine sans adjuvant.

Malte Martin

Malte Martin

– et aussi 40 artistes sélectionnés d’après leurs travaux en rapport avec la thématique « nocturne » dont l’artiste peintre Danielle Laffitte installée à Sagonne après un long périple en terre britannique.

Ce à quoi il faut rajouter : Erwan Lazennec, un mime itinérant (il chemine sans mot dire); la Machine à Conter, une compagnie de théâtre et d’arts de la rue (comme précédemment mais le son en plus) ; Jean-Paul Brédif, un metteur en scène bruitiste (un metteur en son ! Non ?) ; la Cie Pseudonymo, des marionnettistes et acteurs ; Aude Isebe, chambre noire et conversations dans la caravane « la chose » ( Sombre énigme loquace)

Enfin deux évènements samedi soir en nocturne :

La projection de « Border» film (de 27′) de Laura Waddington tourné de nuit à Sangatte en 2002. Images volées et violentes de réfugiés sur la frontière du désespoir.

Border de L. Waddington

Border de L. Waddington

Le concert de la Compagnie Lubat (à 21h, entrée 5 €) pour un spectacle nommé « Free Taxe Taxi »
Bernard Lubat est pianiste, accordéoniste, chanteur, rappeur, tchatcheur, scatteur, jazzman, showman… et tant d’autres talents. Un monde sonore à lui tout seul. Et lorsque l’on sait qu’il sera accompagné (par Fabrice Viera, Fawzi Berger et François Corneloup, en invité spécial) c’est la promesse d’une soirée épique.

Voila ! L’art n’existe pas que figé aux cimaises des galeries ou momifié dans les musées, il est multiple et protéiforme. Concerts et performances, installations mouvantes, créations éphémères, cinéma engagé, documentaires expérimentaux, théâtre et déambulation …Les arts sont vivants. Ils respirent, ils transpirent, ils éructent une fois l’an à côté de chez vous, à Mers-sur-Indre.

Certaines expos resteront visibles jusqu’au 25 juillet 2010.

Les danseurs, gambilleurs, musiciens, amateurs de musiques traditionnelles ou simples curieux pourront également faire une halte au château d’Ars, à une poignée de kilomètres de Mers-sur-Indre, où se déroule du 15 au 18 juillet 2010 la 35 ème édition des

Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs.

ars


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

57 − 50 =

5 commentaires sur “Avant d’aller à la mer… Allez à Mers !