Bashung et « la journée de la jupe »


Dans le n° des Inrockuptibles de la semaine dernière, hommage était rendu à Alain Bashung.
Pas moins de trois noms (C. Conte, J-M. Lalanne et M. Besse) pour signer cet article émouvant mais sans sensiblerie et pudiquement ciblé sur sa carrière.

Je me suis intéressée à Bashung à l’époque de Gaby… Quelle ne fut pas ma surprise en le voyant sur une photo datant de 1967 et le représentant en crooner à fourrure (et moi qui pensait que le mauvais goût dans la mode s’était attaché aux années 80 !).

Enfin bref, un très bel article que je vous recommande et qui commence ainsi :
« Bashung fut un précieux artisan aristo de la chanson française. Malaxée, déformée, sublimée par ce géant aux yeux timides qui vient de quitter la scène comme il l’a vécue : en artiste. »

 

Beaucoup moins émouvant, le film de J-P Lilienfeld avec Adjani, d’abord diffusé sur Arte et sur les écrans depuis mercredi 25 mars (critique dans les mêmes Inrock’).
Vous l’avez vu ?
Non, parce que je suis sûre qu’il ne manquera pas d’attirer les commentaires…

Dans le même genre, c’est à dire film qui se veut le reflet de son époque et dans le milieu de l’éducation nationale je lui préfère très nettement « entre les murs » de Laurent Cantet. Il reflète, mais ça n’engage que moi, plus justement les rapports enseignants-parents-enfants-collègues et supérieurs que le film coup de poing susnommé.
Les acteurs y sont justes, pas de soucis là dessus mais alors l’histoire et son traitement… 

Ce film dérange plus qu’il n’ interroge et certains passages qui ajoutent de la tension dramatique à l’ ensemble me semblent assez douteux…


A propos de stephanie devoize

Bénévole puis contractuelle à la bibliothèque municipale Jean-Paul Roussillot de la Guerche Sur L'Aubois en juin 2006, je suis titularisée sur ce poste en septembre 2007. En septembre 2009 je change de lieu d'exercice et intègre une nouvelle équipe à la bibliothèque de Sancoins.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

42 − 32 =

0 commentaires sur “Bashung et « la journée de la jupe »

  • Véronique Fourdrain

    Des petites scènes, la reconnaissance puis un succès difficile à gérer dans un premier temps et au final très constructif…ce qui a fait la carrière de Bashung ,des textes justes, incisifs, poétiques, un présence discrète et tellement envahissante que ce soit sur scène ou à l’écran. A voir ou à revoir « Ma soeur chinoise » .

  • Chris

    Etrange, Stéphanie, de penser que le mauvais goût ne soit pas, las, de toutes les époques, même le Bashung est passé par là! Question de « temporanéité »;-))