Changement d’ère 3


 

DSC05645

Le 6 août 1945 au matin l’apocalypse s’abattait sur Hiroshima. C’était il y a 70 ans. L’humanité entrait dans une nouvelle ère. L’ère de la force nucléaire, de la menace atomique… comme une épée de Damoclès au-dessus de la planète terre. Fin d’une guerre, début d’une nouvelle ère.
Le 6 août 1945, 70 000 personnes, hommes, femmes, enfants vont disparaître, parfois au sens propre, calcinées, vitrifiées, irradiées… avant d’atteindre quelques années plus tard 200 000 victimes.

DSC05667DSC05740
Le film du documentariste et vidéaste tourangeau, Jean-Gabriel Périot, « 200 000 fantômes » leur rend hommage. Prouesse technique, le court métrage est composé d’une multitude de photos d’archives, de cartes postales… On peut y voir la ville d’Hiroshima avant « Hiroshima » et après, puisque la vie a repris, la cité a été reconstruite… sauf un bâtiment. Ce dernier sert d’axe central à toutes les images. C’était l’ancien Palais d’exposition industrielle, érigé en 1915 en béton, armature d’acier et pourvu d’un superbe dôme de cuivre, il est une des rares constructions, proche du lieu de l’explosion, à ne pas avoir été totalement soufflée. Alors que la ville renaîssait il sera laissé en l’état, squelette d’une autre époque, cicatrice honteuse, il est aujourd’hui connu sous le nom de Dôme de Genbaku ou A-Bomb Dome.
Formellement époustouflant le film bouleverse également le spectateur saisit par ce cycle de vie, de mort et de renaissance. « 200 000 fantômes » est comme un trait d’union entre le travail du cinéaste Chris Marker, sur « La jetée » film entièrement conçu avec des photos et le travail mémoriel d’Alain Resnais sur « Nuit et brouillard » et sa façon d’aborder l’indicible, confronté à l’impossibilité de montrer l’horreur.

DSC05713DSC05715

Les photos (Hiroshima, avril 2015) sont de Géraldine et Laurent R. Merci à eux. Arigato gozaïmass.

DSC05672


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

86 − 79 =

3 commentaires sur “Changement d’ère

  • Laurent Jenger

    Hommage émouvant aux hibakushas (mot japonais désignant les survivants des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki), la musique du film est composée par Current 93, groupe britannique de musique expérimentale formé en 1982 par David Tibet , les belles et mélancoliques paroles traduites de « Larkspur and Lazarus » sont disponibles ici : http://les-paroles-de-chansons.com/chanson/montrer/364253/current-93/paroles-et-traduction-de-chanson-larkspur-and-lazarus/

  • MERSEY Myriam

    Très beau documentaire.
    Résultat de la folie des hommes, d’un fanatisme meurtrier ou de croyances dans cette période de guerres mondiales.
    Mais le Japon, grâce à sa culture et la volonté de ses habitants, a su en tirer les leçons et rebondir malgré sa position géographique en faisant une ile très dépendante de la Ceinture du Pacifique.
    C’est aujourd’hui un pays très moderne et capable de faire face à ses propres problèmes et aux difficultés de la vie géopolitique de la terre.

  • Christian

    « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », écrivait Paul Valéry après la grande boucherie de 14/18. En 1945, c’est la destruction de l’humanité entière qui devenait possible. Aujourd’hui encore la bombe atomique reste pourtant désirable aux yeux de bien des gouvernants, et non seulement, hélas, par quelques brutes galonnées.