Chroniques de la rentrée littéraire 11


Si-je-toublie-Bagdad

Si je t’oublie Bagdad de Inaam Kachachi aux éditions Liana Levi

Zeina, la narratrice, après une enfance passée en Irak, émigre avec ses parents et devient citoyenne américaine.

Lors de la seconde guerre du Golfe, l’armée américaine recrute des interprètes pour seconder ses soldats engagés en Irak. C’est  sans hésiter que la jeune femme s’engage, persuadée d’aider à établir la démocratie dans son pays natal.

De retour dans ce pays dévasté par les combats, la jeune femme voit ses certitudes voler en éclats. La voici ennemie de son propre peuple, confrontée au regard de sa grand-mère qui lui reproche d’arborer l’uniforme des troupes d’occupation, « le kaki de honte », obligée de participer aux interrogatoires de prisonniers…

Ecrit sans pathos ni emphase, ce livre où la narratrice repousse « cette sangsue de romancière » cherche à dire  au plus près les blessures que s’infligent une femme et son pays.

Un roman découvert dans le cadre du partenariat avec les Chroniques de la rentrée littéraire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 1 = 8