Course épique


C’est sur un hippodrome que nous entraîne Marie Dorléans pour nous faire vivre une course qui ne se déroulera pas tout à fait comme prévu.
L’élégance est de mise pour cet évènement très mondain : nœuds papillons pour les messieurs et chapeaux extravagants pour les dames. Tous ont les yeux rivés à leurs jumelles, accoudés à la barrière délimitant le bord de la piste.
Les coureurs s’élancent (quand leur monture le permet…) et très vite les chevaux allongent leurs foulées, le rythme de la course s’accélère et l’on remarque alors que certains concurrents ont un comportement plutôt inhabituel pas vraiment réglementaire : l’un d’eux, notamment, fait la course tête en bas, assis sur la selle sanglée sous l’animal, quand un autre, une tasse à la main, est confortablement installé dans un fauteuil, les pieds reposant sur l’encolure de son cheval. Un (petit) intrus surgissant au milieu de la piste fait stopper net le cheval en tête de course et provoque des chutes en cascade. Cavaliers et chevaux, enchevêtrés, ne forment plus qu’un amas informe. La suite de la course semble compromise mais un concurrent réussit à se dégager avec son cheval et tous deux repartent tant bien que mal pour tenter de franchir coûte que coûte la ligne d’arrivée. Tous les moyens seront bons…
Une histoire pleine de fantaisie jusqu’à sa chute !
On s’amuse des situations absurdes et des personnages décalés. Le format à l’italienne permet de donner de l’espace à cette course pleine de rythme et participe au raffinement de l’ensemble tout comme la qualité du papier et l’élégance des illustrations, tout en finesse.

Album à partir de 5 ans.

course epique couv

 

 

 

Course épique / Marie Dorléans
Sarbacane, 2016

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 − = 16