De l’autre côté du livre, chapitre 29 : ceci n’est pas un refus (enfin presque) 1


Dans ma dernière chronique, désabusé, j’avais assené de façon assez définitive que les éditeurs sollicités en octobre dernier et qui ne m’avaient encore répondu ne le feraient plus. Je renonçais ainsi à augmenter ma collection de lettres types de refus de deux nouveaux exemplaires.

J’avais tort. Même au bout de dix mois entiers, il peut surgir des entrailles germanopratines des réponses à nos envois de manuscrits… et quelle réponse ! Sans aucun doute la plus belle de ma collection, sans ironie aucune. Je ne résiste pas à l’envie de vous la faire lire (sans vous donner le nom de l’éditeur) :

Cher Monsieur,
Nous vous remercions de nous avoir fait parvenir votre manuscrit Un Dollar le Baril. Nous l’avons transmis au comité de lecture pour examen.

Il y a reçu un accueil attentif. Malheureusement, votre ouvrage n’a pas remporté l’adhésion générale. Nous sommes donc au regret de ne pouvoir donner une réponse positive quant à la publication dans notre maison.

Nous vous souhaitons de rencontrer un éditeur correspondant à votre attente et vous encourageons, dans tous les cas, à poursuivre votre travail.

En vous remerciant d’avoir pensé à notre maison, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs.

A titre de comparaison, quelques années plus tôt, dans la même maison, le roman qu’allait devenir L’affaire des Jumeaux de Bourges n’avait pas été jusqu’au stade du comité de lecture. Pire, il ne correspondait pas à la ligne éditoriale de leurs collections.

Alors oui, cela reste une lettre-type… Un refus. Mais un refus qui laisse à penser qu’il ne m’a manqué qu’un cheveu (une mèche ?) pour décrocher « l’adhésion générale ». Des idées de correction assez profondes mûrissent, comme par exemple de transformer un des personnages principaux masculins en personnage féminin, avec tous les bouleversements que cela pourrait entraîner sur les intrigues secondaires…

Mais au fait !!! Il reste un des éditeurs de l’envoi d’octobre dernier qui n’a toujours pas répondu… Et le retour de mes envois de fin de printemps est aussi attendu.

Avec un peu de chance, les bonnes nouvelles seront pour le chapitre 30.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

27 − = 17

Commentaire sur “De l’autre côté du livre, chapitre 29 : ceci n’est pas un refus (enfin presque)