De l’autre côté du livre, chapitre 31 : le contrat d’édition 2


A peine remis des émotions provoquées par un coup de fil, ou un mail, une véritable délivrance après un an et demi d’attente et de désillusions, les étapes s’enchaînent assez rapidement. La première d’entre elles, le contrat d’édition, est le socle sur lequel les relations entre l’auteur et l’éditeur vont se construire, même si c’est bien le texte qui les a réuni.

Que fixe le contrat ? En premier lieu, l’étendue des droits sur l’œuvre cédés par l’auteur à l’éditeur, et la durée de cette cession.  Ensuite, le contrat détaille les engagements des deux parties :

  • l’éditeur, qui s’engage à publier l’œuvre (à ses risques et périls dans le cas d’une édition à compte d’éditeur), à la date ou dans un délai précis, et pour la première édition en quantité minimale définie, à un prix de vente également arrêté à l’établissement du contrat. La rémunération de l’auteur enfin, point non négligeable.
  • l’auteur, lui garantit à l’éditeur la jouissance paisible des droits concédés (sic), à remettre le manuscrit en temps et en heure pour que l’éditeur puisse tenir la date de parution, à relire les épreuves dans un temps déterminé.

Il y a également tout un tas de petites clauses diverses et variées qui balayent la plupart des cas de figure qui pourraient survenir au cours de la relation entre l’éditeur et son auteur.

Bref… Le tout fait de nombreuses pages, et il faut tout bien lire, poser des questions, prendre conseil éventuellement. Négocier, le cas échéant, et l’expérience d’une première édition est alors bien utile.

Si vous avez fait un tour depuis dimanche sur mon blog (enfin, le nouveau http://www.christopherselac.com/), vous connaissez globalement l’issue. Un dollar le baril paraîtra donc, fin janvier 2013, à la fois en version papier (aux Editions Les 2 Encres, collection Sang d’Encre) et en version numérique (aux Editions Numeriklivres, collection Noir, c’est noir).

Viendront très rapidement le choix de la couverture (la couverture numérique est déjà connue), l’élaboration du quatrième de couverture, les épreuves,… Et parallèlement, commencer à planifier la communication, les séances de dédicaces, les présences au salon… Autant de matière pour les prochains chapitres !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

70 − = 68

2 commentaires sur “De l’autre côté du livre, chapitre 31 : le contrat d’édition

  • CLOT

    Bonjour,
    Je prends le train en marche…. presque à l’arrivée
    Les dernières étapes sont néanmoins très intéressantes!
    Je lirai avec attention les prochains chapitres.
    Claudine

  • Christopher Selac

    Vous êtes la bienvenue, Claudine !

    Il n’est pas trop tard, et je ne suis pas sûr d’être si près que cela de l’arrivée. Il y aura encore beaucoup à dire une fois le(s) livre(s) paru(s) !

    Merci pour votre lecture et votre intérêt,

    Christopher