De Lignières à Courchevel, itinéraire d’un enfant surdoué… et engagé 3


marchet4ème et dernier album en date pour le ligniérois Florent Marchet, désormais parisien et depuis peu moustachu – sans doute pour tenir le rôle d’un personnage de l’album – mais toujours fidèle à sa commune berrichonne et prompt à moquer, ou simplement décrire en ethnologue la vie provinciale, le travail, les relations et les différences sociales entre les gens : « Courchevel » est sorti dans les bacs des disquaires depuis le lundi 11 octobre 2010 (sur le label Pias), j’ai attendu assez peu de temps avant de craquer et m’acheter son dernier bijou, très réussi et moins âpre musicalement que les deux précédents (mais les paroles sont toujours aussi sombres et désenchantées, en plus des arrangements studio très travaillés)…

Voici en avant-première la chanson-titre de l’album en live acoustique (sur le thème des vacances de riches-bobos et celles de familles populaires) … … … Sans oublier un autre titre qui nous narre la suite des aventures de Benjamin, personnage pathétique découvert dans le précédent livre-CD « Frère animal » en 2008 (de commercial cynique et sans scrupules chez la « Mère nourricière » SINOC, il est passé au statut de chômeur beauf sans ambition et à pull à carreaux sans manches, entre cuisine formica et beuverie dans les boîtes paumées, si on en croit la pochette du CD 2 titres et les paroles, ici le clip officiel avec le complice romancier Arnaud Cathrine et bien d’autres, de quoi refléchir à 2 fois avant d’organiser des réunions « Copains d’avant », surtout avec un énergumène comme Benjamin alias « Ben l’oncle saoûl ») :

Cette chanson passe sur les ondes à plus grande échelle que d’habitude pour le discret chanteur : cette fois, la radio « jeune » Virgin Radio diffuse « Benjamin » remixé par DJ Zebra (d’autres versions intéressantes de ce titre, dont l’originale et l’acoustique live, sont disponibles à cette adresse : http://www.deezer.com/fr/music/florent-marchet#music/florent-marchet), espérons qu’un nouveau public moins confidentiel puisse découvrir et apprécier cet immense artiste à part, dont l’intelligence d’écriture et la gravité des sujets abordés dans ses albums l’ont fait entrer dès ses débuts dans la cour des « grands » de la chanson française (au même titre que Ferrat, Gainsbourg, Bashung ou Saez plus récemment), loin de la pop lègère, éphémère et indigeste qui est trop souvent mise en avant par les médias dominants (en dehors de la radio France Inter, de la chaîne télé Arte, et des revues Les Inrockuptibles ou Télérama qui font encore de la résistance dans l’ensemble)… Bien que Florent déteste cela,  « L’eau de rose » est très ironiquement le titre de la 4ème chanson de « Courchevel » ; de plus il nous entraînera de la station chic des Alpes (en « Hors-piste ») jusqu’à « Narbonne Plage » (texte inspiré de faits divers dramatiques *, de quoi dégoûter les familles de bronzer à la mer) en passant par « Roissy » (superbe duo avec Jane Birkin, qui offre ici une approbation « gainsbourienne » au jeune héritier du maître incontesté de la chanson), en compagnie de « la famille Kinder » : chouette programme en perspective…

Le gérant des Bains-Douches ** peut être fier de son fiston !

(* paroles de « Narbonne Plage » :

« Un bateau pneumatique

Jaune et bleu, le plastique

Juillet, plage de Narbonne

La mer n’est pas très bonne

Dans le bateau mou

Deux enfants qui jouent

Comme le ciel est étrange

Météo, trop de vent

Le drapeau est orange

Il faut être prudent

Le bateau dérive

Les nuages arrivent

Pas assez de courage

Accroché à sa bière

On s’endort sur la plage

Paninis et glacière

On oublie les enfants

Occupé à huiler

Son ventre d’éléphant

Entre deux mots croisés

Bateau tout petit

Les enfants aussi

C’est l’orage à présent

Mais où sont les enfants ?

Les parents qui les sifflent

Et promettent des gifles

On oublie les enfants

Occupé à huiler

Son ventre d’éléphant

Entre deux mots croisés

Bateau revenu

Enfants disparus

Bateau bien rentré

Parents effondrés

Jamais on ne saura

Si les enfants au fond

Ont pu du bout des doigts

Carresser l’horizon… »).

L’album fut enregistré dans les studios de Nodiva, avec les complices habituels : Erik Arnaud et François Poggio, mais aussi Cédric Leroux, Bertrand Perrin. Résumé de l’éditeur sur un site de disquaire en ligne : « Avec “Courchevel”, Florent Marchet confirme son goût pour le romanesque et les plongées dans les provinces françaises qui lui sont chères. 11 chansons, 11 cartes postales pop, de vrais instantanés comme autant d’invitations au voyage : des pistes de ski à l’île de Ré, en passant par la plage de Narbonne ou encore Roissy… Ce faisant, il livre une véritable galerie de portraits, personnages, qu’on a tous croisés. Peut-être même s’agit-il… de nous. Ironie imparable, émotion cathartique, Florent Marchet interroge le sens des choses et de l’existence… Ce petit monde, conté à hauteur d’homme, est évidemment le nôtre… … … Comme tout artiste, Florent Marchet a ses «guides de haute montagne» : il y a tout d’abord les compositions issues du cinéma mythique des années 60 et 70 (François de Roubaix, Michel Magne ou encore Michel Colombier). Ces génies musicaux, il aime les confronter à ses influences modernes : Phoenix, The XX, The Arcade Fire, Beck, MGMT ou encore Lily Allen. Ayant à coeur de réaliser une synthèse toute personnelle entre cet héritage musical et une contemporanéité foisonnante, il a donc exploré la fibre organique de ses Clavinet, Rhodes, Prophet 5, Philicorda, vieilles boites à rythmes et autre String Machine. Le résultat : un recueil de pop lumineux. Ici les orgues se mêlent aussi bien au piano de prédilection qu’aux cordes folk et aux programmations singulières, non sans laisser une juste place aux cuivres… Collaborations inédites : on entendra résonner les rythmiques surprenantes du malien Mamadou Prince Koné, venu tout spécialement au studio Nodiva pour imprimer sur l’album l’écho de ses calebasses, de même que le son des guitares de Remi Alexandre (Syd Matters) et Seb Martel ou encore la voix de Jane Birkin dans un duo (« Roissy ») très inattendu. »

Vagues de licenciements tous azimuts et réforme des retraites oblige, peut-être serez-vous bientôt aussi dans « la Charrette » ? (ce titre, joué de façon inédite en live sur la tournée 2008-2009-2010 de « Frère animal », figure gravé numériquement sur le dernier « Courchevel », histoire de garder le moral…).

Véritable punk de la chanson française malgré son air bien habillé – si ce n’est le pull à carreaux sans manches (…) – et poli (pour lui, la société, c’est « No Future » !), il nous glace le sang pour mieux nous faire réagir sur le malaise social, exemple ici avec le superbe texte « Suicide » écrit par le romancier et photographe Edouard Levé (1965-2007) et mis en musique par Florent, celui-ci est issu du livre-album collectif « Fantaisies littéraires » publié en 2008 aux éditions Le Bec en l’air (belle collaboration entre écrivains contemporains renommés et musiciens de la nouvelle scène française)… Comme chantait son idole Jean-Louis Murat au début des années 80 et malgré la censure : « Suicidez-vous, le peuple est mort » !!!

Ah, on se croirait dans une célèbre entreprise de téléphonie colorée et récemment privatisée (encore au moins 5 cas rien qu’en septembre dernier, record battu : le suicide sur le lieu de travail serait-il d’ailleurs LE remède au problème du financement des retraites ? On pourrait le croire, non je blague bien entendu). Gardez la forme tout de même… … … et rentrez au chaud écouter le CD « Courchevel » tout l’automne-hiver, au pied de la cheminée et sur des peaux de bêtes moelleuses (pas très écolo, le garçon, encore une preuve de son côté politiquement incorrect), comme Florent vous y invite sur la pochette !

Autre exemple de son engagement : les paroles que Florent Marchet a signé (ainsi que certaines compositions musicales) sur l’album de Clarika « Moi en mieux » (2009), ici la chanson « Bien mérité » (ci-dessous) toujours d’actualité :

« La petite carte en plastique que l’État m’a donnée,
ah ouais, je l’ai bien méritée.
Naître en République dans une clinique chauffée,
ah ouais, je l’ai bien mérité.
Les bancs de mon école, le pouvoir d’étudier,
ah ouais, je l’ai bien mérité.
Aller voir mon docteur quand j’me sens fatiguée,
ah ouais, je l’ai bien mérité.
La douceur de l’enfance, l’amour qu’on m’a donné,
bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi de la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naître en France.

Et tant pis pour ta gueule si t’es né sous les bombes,
bah ouais, tu l’as bien mérité.
T’avais qu’à tomber du bon côté de la mappemonde,
bah ouais, tu l’as bien mérité.
Si la terre est aride y’a qu’à trouver d’la flotte,
bah ouais.
Un peu de nerf mon gars pour la remplir ta hotte,
bah ouais.
On prend pas un bateau si on sait pas nager,
bah non,
on n’a que ce qu’on mérite, alors t’as mérité.

Bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi d’la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naître en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naître en France,
bah ouais, j’y avais pas pensé,
bah tiens, c’est bien, donnons-nous les moyens,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naître en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naître en France. »http://www.dailymotion.com/video/x8ic1i_clarika-bien-merite_music

Dates régionales de Florent Marchet : le 7 mai 2011 à Châteauroux (scène Equinoxe ) et enfin le 20 mai 2011 à Avoine en Touraine (Centre culturel)… Plus d’infos sur le nouvel album « Courchevel » ici

(** : Le site de la salle de spectacle dirigée par Jean-Claude Marchet à Lignières : ici


A propos de stef18

Adjoint du patrimoine à la médiathèque de St-Florent-sur-Cher depuis 10 ans bientôt, je suis actuellement affecté à la section adultes (commandes de livres documentaires et BD ado-adultes, CD audio et DVD)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 74 = 75

3 commentaires sur “De Lignières à Courchevel, itinéraire d’un enfant surdoué… et engagé

  • J-F Chabassiere

    Voila un article aussi complet qu’instructif. Félicitations Stef! Et je suis bien d’accord avec toi sur la qualité de l’album de Florent Marchet. Néanmoins je me permet un petit rectificatif. Si Florent Marchet à réalisé le dernier album de Clarika et en a composé un titre (et co-composé deux ou trois autres avec J.-J Nyssen)ce sont Clarika et J.-J. Nyssen qui ont écrit les paroles de « Bien mérité » et Nyssen qui en a composé la musique. (Florent Marchet joue cependant sur ce morceau de l’autoharpe (?), du piano, de la mandoline, de la sanza (!!), de la guitare et des claviers! Et c’est déjà beaucoup.
    Merci pour les dates de la tournée.

  • stef

    Merci bien, mon bon Jean-François, pour ton commentaire et le petit rectificatif concernant Clarika (vu le titre qui rappelait le refrain de « la chanson du DRH » sur l’album « Frère animal », je pensais sans me tromper que Florent Marchet était l’auteur des paroles de « Bien mérité »).
    Petit rectificatif à l’occasion sur la vidéo de la chanson-titre « Courchevel » oubliée dans l’article, la voici en acoustique, écoutez bien les paroles (« tes parents dans le formol », etc), c’est du grand art (le chanteur confirme le dicton « l’argent ne fais pas le bonheur » et prône le retour à la simplicité) : http://www.youtube.com/watch?v=PycXqX8vZlA

  • stef18

    Précisons aussi en les félicitant que l’équipe de la DLP a déjà fait l’acquisition du dernier « Courchevel » parmi plein de CD hyper récents et de qualité (ex. Sexy Sushi venu au printemps de Bourges 2010, le dernier album de Saez « J’accuse », le dernier album du groupe Kaly Live Dub venu à Emmetrop en novembre dernier, etc), je m’en suis aperçu cette semaine en renouvelant notre fonds sonore ; autre CD récent : l’album du jeune chanteur Xavier Merlet qui sera en concert – pour les Bains Douches de Lignières – demain samedi soir 11 décembre à Châteauneuf sur Cher :
    http://www.youtube.com/watch?v=ywwwx146M_8
    Coup de coeur aussi pour un artiste folk scandinave (on peut me croire sans avoir vu… ou entendu) : Saint-Thomas – dont la voix est clonée sur celle de Neil Young – et son album magnifique « I’m Coming Home » disponible dans le fonds DLP : http://www.youtube.com/watch?v=WsnXanYzcg8