De Trafalgar en Fachoda 1


Grands Zhéros de l’Histoire de France / Clémentine Portier-Kaltenbach / JCLattès, 2010

ZHERO

C’est l’été. Vacances et grand soleil (mais si, mais si !). Pas la saison rêvée, donc, pour de (trop) savantes lectures.

Je vous propose de découvrir en bronzant une galerie de personnages qui gagnent à rester dans l’ombre.

Voici un bouquin qui exhume les aventures lamentables et déso(pi)lantes de quelques grands personnages dont l’Histoire de France ne peut que rougir. Vrais-faux explorateurs, médiocres prosateurs, conspirateurs de pacotille, militaires incompétents, politiciens inconséquents et autres plumitifs vaniteux,tous se voient magistralement ridiculisés sur un ton ironique et dans un style souvent désopilant.   Brochette inénarrable que ces personnages célèbres ou oubliés, dont je n’ose citer le nom tant ils portent atteinte à l’image de notre doux pays 🙂

Un livre d’histoires très instructif et documenté qui nous éclaire aussi sur la façon dont s’écrit l’Histoire, claudiquant sans cesse entre ornière et piédestal.

Du même auteur et plutôt croustillant aussi, si j’en crois la critique : « Histoire d’os et autres illustres abattis / JCLattès, 2007 », disponible dans votre bibliothèque favorite.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 6

Commentaire sur “De Trafalgar en Fachoda

  • Portier-Kaltenbach

    Hello Christian,
    je viens de tomber sur votre critique super sympa ! Un très grand merci d’avoir pris le temps de la mettre en ligne..surtout, toutes les critiques ne se valent pas en pertinence et je trouve la vôtre particulièrement bien vue et bien trousée !
    Vous faites allusion à « Histoires d’os »…c’était un sujet vraiment plus rébarbatif a priori et que l’on aurait pu croire réservé à des amateurs de « curiosités » historiques…mais, bon sang, qu’est-ce que j’ai ri en l’écrivant !!! Entre le coeur de Voltaire pris dans une querelle testamentaire, le tibia de vache de Madame de Maintenon et les dents de Madame de Sévigné….accrochez vous au bastinguage !
    Encore merci et bon vent !