Des Vikings, des filles et des robots (2 – Islande) 1


800px-Flag_of_Iceland.svgLorsque l’on évoque l’Islande, on pense immédiatement aux geysers, aux volcans et à la terre noire, aux glaciers immenses et aux maisons recouvertes d’herbe verdoyante (déjà les toitures végétalisées qu’on croyait seulement avoir découvertes récemment avec la mode du développement durable), mais aussi à sa plus grande ambassadrice culturelle : il s’agit de la musicienne et chanteuse Björk tout d’abord (ci-dessous le clip de « Who Is It ? » issu de l’album de 2004 « Medúlla », puis un live de « Come To Me » à Cambridge, issu du 1er album solo « Debut » en 1993).

 

Je l’apprécie pour plusieurs raisons : elle est belle (d’une beauté étrange et exotique, en elle se reflètent ses ascendances nordiques, voire inuits ou sibériennes, pourrait-on dire), mais surtout elle a une voix cristalline et d’une puissance extraordinaire qui exprime une réelle émotion, et puis elle est « folle », j’aime ces artistes véritablement géniaux qui sont un peu dérangés dans la vie (Salvador Dàli pour l’art pictural, Frank Zappa – et donc également Björk – pour la musique, Stanley Kubrick ou David Lynch pour le cinéma…), qui ne trichent pas et qui ont un univers personnel à part entière.
Ses clips (pour beaucoup réalisés par le Français Michel Gondry), son accoutrement vestimentaire et son maquillage en sont une belle preuve…

Née en 1965 dans la capitale Reykjavik, elle a découvert très jeune, grâce à des parents hippies, la musique et sa pratique (elle dit avoir passé en revue à l’école primaire tous les genres musicaux « afin de faire le tour de la question » : de Bach à Stockausen et Kraftwerk, en passant par le jazz). Elle remporte dans son pays un prix du style « eurovision » vers l’âge de 9-10 ans, en chantant des airs islandais et des légendes traditionnelles scandinaves, puis à l’adolescence – au début des années 80 – rejoint quelques groupes punk-rock gothiques locaux (Tappi Tíkarrass et Kukl), avant de fonder le groupe rock islandais The Sugarcubes qui commence à se faire connaître internationalement (« Birthday » ci-dessous sur des paysages islandais)…http://www.youtube.com/watch?v=M7dRxWBer7MLe groupe se disloque au début des années 90, puis Björk Guðmundsdóttir de son vrai nom patronymique (ou plutôt matronymique pour ne pas froisser les généalogistes, celui-ci signifiant littéralement « Fille de Gudmund », l’anglais « Daughter » devant son origine étymologique aux Vikings), part à Londres, LA ville où l’on trouve tout ce qui se fait de mieux côté musique, depuis les années 60… … … En 1993, riche de ses rencontres britanniques, elle publie son premier album solo, intitulé logiquement « Debut » : c’est un OVNI musical, riche d’instruments de toutes régions du monde et aussi de beats dancefloor, il est salué par la critique. Deux ans plus tard, c’est la sortie de « Post » (ou « la fin », la boucle est bouclée), en compagnie de Tricky (Massive Attack).
En 1997, elle change de registre et passe à un album moins commercial et plus introspectif (« Homogenic »), qui marie à la fois des cordes symphoniques (violons, violoncelles de l’Orchestre national islandais) et des beats techno très bruts, grâce à la collaboration aux machines de l’anglais Mark Bell (du groupe électro LFO). Ces beats reflètent selon elle le paysage islandais sauvage et en constant mouvement (volcans, geysers, glaciers…) ainsi que sa passion pour l’électricité et son énergie (son père était électricien), il suffit d’écouter le titre « Pluto » pour s’en rendre compte immédiatement (ci-dessous le superbe clip de « All Is Full of Love » issu de l’album « Homogenic »)…

http://www.dailymotion.com/video/x3asce_björk-all-is-full-of-love_musicEn 2000 elle publie la magnifique B.O. « Selmasongs » et incarne l’héroïne malheureuse Selma au cinéma, dans la comédie musicale de Lars Von Trier « Dancer In The Dark » (Palme d’or du Festival de Cannes, et Prix de la meilleure interprétation féminine, tout de même, pas mal pour une actrice non-professionnelle !)…
En 2001 viennent « Vespertine », puis en 2004 « Medúlla » aux pochettes toujours magnifiques artistiquement parlant, mais là la musique, malgré sa grande beauté, devient de plus en plus introspective et difficile d’accès pour le grand public (mis à part quelques perles comme « Pagan Poetry »)… Un nouvel album, « Volta » (le titre fait-il lui aussi référence à l’électricité ???), est sorti en mai 2007 : c’est le dernier en date à ce jour, espérons que 2010 puisse voir enfin la belle nordique pointer son nez avec un nouveau bijou (ci-dessous le clip très original du superbe duo « The Dull Flame of Desire » issu de « Volta », en compagnie du chanteur anglo-américain Antony Hegarty du groupe Antony and the Johnsons)…

http://www.dailymotion.com/video/x6te3c_björk-the-dull-flame-of-desire_musicEn espérant qu’elle retrouve une véritable inspiration, et qu’elle cesse de publier ses innombrables remix et CD 2 titres, c’est devenu insupportable un tel marketing ! Cependant je lui pardonne tout, vu son incroyable talent…

Ensuite, dans la foulée de cette immense artiste se sont engouffrés plusieurs artistes et groupes plus récents, dont Emiliana Torrini, islandaise d’origine italienne, tournée un peu comme sa consoeur vers l’électro-pop, mais aussi vers le folk et le trip-hop (comme c’est le cas avec le morceau « Fingertips »), Sigur Rós pour le rock indé (ci-dessous le clip de « Glósóli » en 2006, avec de superbes paysages volcaniques et habitats traditionnels d’Islande), et Gus Gus pour l’électro et le trip-hop (ci-dessous un formidable live de leur titre « Believe » sorti en 2008), parmi les plus connus au niveau international…  http://www.youtube.com/watch?v=TbKS6dPGFZs http://www.youtube.com/watch?v=xBbF74JnKhIPour plus d’infos sur les différents artistes et leurs albums, voici leurs sites Myspace : pour Emiliana Torrini http://www.myspace.com/emilianatorrini ; pour Sigur Rós http://www.myspace.com/sigurros ; pour Gus Gus http://www.myspace.com/gusgus ; pour Antony & The Johnsons http://www.myspace.com/antonyandthejohnsons ; pour The Sugarcubes http://www.myspace.com/thesugarcubes1986 ; pour Kukl http://www.myspace.com/kukl ; pour Tappi Tikarrass http://www.myspace.com/abrahamsandwich ; et enfin pour Björk http://www.myspace.com/bjork sans oublier (pour les clips vidéo) son site officiel français http://www.bjork.fr/. Bonne écoute et bon voyage virtuel sur l’île volcanique pleine de créativité artistique, à l’image de la Scandinavie toute entière…


A propos de stef18

Adjoint du patrimoine à la médiathèque de St-Florent-sur-Cher depuis 10 ans bientôt, je suis actuellement affecté à la section adultes (commandes de livres documentaires et BD ado-adultes, CD audio et DVD)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − 7 =

Commentaire sur “Des Vikings, des filles et des robots (2 – Islande)