Deux recueils de contes à découvrir et partager…


 

Pour entrer progressivement dans la période du conte, rendez-vous étant pris pour les 9 et 10 février prochain, voici deux livres  de contes aux éditions Syros.

Dans le recueil des contes de Palestine,  Les sept crins magiques (racontés par Praline Gay-Para et illustrés par Louise Heugel),  j’ai retrouvé des histoires drôles 51FqmlLPNTL._SL500_AA300_[1]que j’aimais conter, drôles mais aussi dérangeantes par leur moralité telle que l’histoire de l’homme qui courait après sa chance et  qui dans cet ouvrage se trouve sous le titre « l’homme paresseux cherche sa chance », ou encore l’histoire  des jumeaux aux cheveux d’or, que j’ai retrouvé dans le conte « Le jasmin qui danse, l’eau qui chante et l’oiseau avisé », sous les traits d’autres personnages ou des histoires  rassurantes comme les deux frères que le  comportement de l’un envers l’autre  enrichit…

 En général ce ne sont pas des contes facétieux. Ils racontent une histoire, un témoignage d’une chose qui ne s’est pas passée  ou presque, mais qui pourtant est si vraie, qu’elles  font grandir celui qui les reçoit qu’il ait 7 ou 77 ans. Ils sont de Palestine mais racontent des histoires qui pourraient venir du monde entier et c’est la preuve que les contes voyagent et s’adaptent aux coutumes et territoires qui les recoivent et les transforment pour les faire vivre  à nouveau…

Des histoires  courtes, mais puissantes dans l’émotion et le message qu’elles font passer.

 Dans un autre domaine les contes à rire et à trembler, contés  par Jean-louis Le Craver et illustrés par Julien Castanié  dans la collection Paroles de Conteurs.

51zgWzc-W0L._AA115_[1]Ces histoires nous font voyager d’Europe en Afrique en passant par l’Asie, de la menterie aux merveilleux en passant par les contes d’animaux : on rit, on tremble. Des histoires à lire  à conter pour se faire plaisir et faire plaisir aux plus jeunes.


A propos de martine gallois

De formation comptable, je suis passée dans le monde de la littérature par les contes, en passant mon Bafa. A la DLP 18 depuis le 1er septembre 1996, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer des fonctions très différentes et toutes très enrichissantes. Prêt au public à l'annexe, participation au groupe formation animation, gestion des marchés publics et de la comptabilité, conteuse...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

93 − 83 =