Du bienfait de la modernité…


Qui n’a pas rêvé de plus d’équipements, de plus de services ?

Mais à quel prix ! Car quel intérêt d ‘installer l’électricité dans un village coupé du monde, dont le seul accès est un vague chemin de rocaille ?

C’est cette contradiction que Jérôme Le Maire nous révèle dans son film intitulé « Le Thé ou l’électricité ».

images

Synopsis

C’est l’histoire épique de l’arrivée de l’électricité dans un village isolé et enclavé au cœur du Haut Atlas marocain. Durant plus de trois années, saisons après saison, le réalisateur dévoile patiemment les contours de la toile qui se refermera inexorablement sur les habitant d’Ifri. Sous nos yeux se dessine l’image d’une modernité impitoyable à laquelle le petit village va être relié.

Le réalisateur n’hésite pas à mettre en parallèle des images de paysages extraordinaires, voire lunaires, avec les conditions de vie très rudes des populations qu’il a suivies. Il nous présente une première vision poétique qui très vite vient « se cogner » à la réalité. Il joue même avec le spectateur en provoquant de petits chocs visuels, comme l’apparition de pylônes et de poteaux électriques au milieu d’habitations très rudimentaires.

C’est une bonne piqûre de rappel quant aux problèmes évoqués (les paradoxes liés aux développements économiques) qui, finalement, ne sont pas si souvent montrés ou tout au moins pas de façon aussi précise, surtout en ce qui concerne la prise en compte de l’individu et de ses réelles préoccupations. Une fois de plus, il est montré que les priorités collectives ne sont pas toujours des priorités individuelles et que la modernité ne fait pas le bonheur de tous.

« Le thé ou l’électricité » est proposé dans un dvd comportant deux films réalisés par Jérôme Le Maire (Le thé ou l’électricité et Où est l’amour dans la palmeraie ?).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

96 − 86 =