Du graf et du hip-hop


rap
En 1981,Bronx, graffeur de 16 ans hors-pair , surnommé aussi Prince G. meurt écrasé par un métro dans un tunnel alors qu’il avait prévu de taguer pour la dernière fois. Compte-tenu des circonstances de l’accident, c’est la thèse du suicide qui est retenue par la police mais qui ne convainc pas ses proches.
Le temps passe et nous retrouvons les amis et famille de Bronx dix ans plus tard suite à un hasard télévisuel : fixée sur l’écran l’image de Queen Divine , petite ami de Bronx à l’époque . A chacun alors de se remémorer les évènements survenus alors et de voir ressurgir des sentiments profondément enfouis et cette question sans cesse ressasser : quelles étaient les circonstances réelles de l’accident ? L’instant présent s’en trouve bouleverser.

Des informations sur le hip-hop, son univers, ses codes sont distillées tout au long du récit. Certains des protagonistes évoluent toujours dans le monde musical et plante le décor de la rivalité entre le son west coast et le son east coast, proposent quelques incursions du côté de la production du hip-hop et plus largement du rap. Sans omettre le fait que tout au long du roman sont cités les grandes figures du mouvement musical.

Ce volume fait partie de la collection « Backstage » dont l’objectif est de présenter des courants musicaux avec comme point de départ un récit de fiction. Laurence Schaak et Goulven Hamel ont déjà écrit sur le reggae, le rock’n roll, la pop , le punk , le hip-hop.
Une façon inaccoutumée de découvrir des genres musicaux et bien au-delà le contexte artistique (musiciens, graffeurs, danseurs, photographes,…) sociologique voire politique dans lequel ils se sont développés.

Chaque fiction est complété d’un dossier documentaire comportant des biographies succinctes des personnages cités, une chronologie du mouvement, une discographie sélective et quelques pages consacrées à l’histoire du genre musical et ses dérivés.

Un bel exercice qui peut paraître déroutant lors de la lecture des premières pages car foisonnant de références, mais si le lecteur accepte de le lire comme une pure fiction, quel plaisir de découvrir ensuite qui sont ces personnages incontournables et de prendre le temps d’écouter les quelques albums cités.

Le béton qui coule dans nos veines / Laurence Schaak, Goulven Hamel .- Nathan .-(Backstage).

A découvrir : Je hais l’amour véritable (musique punk), Au nom du père du fils et de John Lennon (musique pop), Je chanterai sur terre et en enfer (rock’n’roll), Les gens dansent pour ne pas mourir (reggae).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

99 − 90 =