D’un retournement l’autre… ou comment parler de la crise financière en alexandrins…


Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

d-un-retournement-l-autre-comedie-serieuse-sur-la-crise-fin

D’un retournement l’autre de Frédéric Lordon – Éditions du Seuil, 2011

Une « comédie sérieuse sur la crise financière », tel est le sous-titre de ce texte théâtral de Frédéric Lordon. Ils sont tous là : le président de la République, le Premier Ministre, les conseillers, les banquiers, le trader, le gouverneur de la Banque Centrale, les journalistes à tenter de faire face à ce qu’ils n’auraient jamais imaginer, la chute des marchés financiers… Ils paraissent ridicules, grotesques, fats, mesquins, profiteurs sans scrupules et complètement dépassés… Stupeur générale… Croissance, économie, et le marché qu’il faut, à tout prix sauver… Tragédie ? Comédie ? Voire farce ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la crise financières sans jamais oser le demander… En 4 actes comme autant de moments cruciaux où les décisions prises ne font que renforcer la perte de contrôle des uns, les politiques, au profit des autres, les financiers… Texte surprenant, presque haletant, en tous cas, effrayant dans lequel le « nouveau deuxième conseiller » s’autorise à commenter :

« Je crains que de génie vous ne soyez en manque…

Livrant la société au joug de la finance,

Fatalement devaient venir les conséquences »

et à conclure par :

 » D’un retournement l’autre, l’histoire a ses relèves.

Fuyez quand il est temps, le goudron se soulève »


A propos de Christine Perrichon

Les autres… Mes copains d’école… Eux, ils jouaient aux pompiers, à l’école, au docteur… Moi ? A la bibliothécaire : j’avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter…
Ajoutez à ça d’avoir été pendant longtemps l’une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d’O. Et, chaque mercredi :
 » Quel est ton numéro de carte ?
– 2552
– Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000) »
Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires… C’est comme ça que j’ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs… Au moins, ça me racontait la vie !
Et je me disais :  » Si j’étais bibliothécaire… je laisserais les enfants choisir ce qu’ils veulent lire… »
Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!!
Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact :
– Quand les cartons de livres commandés arrivent, c’est chaque fois un peu noël…
– Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c’est chaque fois un moment de bonheur…
– Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c’est la plongée excitante vers l’inconnu…
Une nouvelle aventure s’ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d’échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *