Ecrire le théâtre contemporain : rencontre avec Simon Grangeat 1


Entre-les-herbes-folles-affiche-de-Rodolphe-Brun2 affiche-caillou-dans-la-botte-210x297 IMGP0818-210x280

De Simon Grangeat, auteur de théâtre pour adulte et pour jeune public, nous avions tout à découvrir, avant de le rencontrer lors de la conférence de rédaction Chermédia du 24 septembre, dans le cadre de sa résidence chez les mille univers. Une recherche sur l’Internet nous avait conduit sur son blog : aucun texte publié semblait-il, et aucun livre sur les étagères de nos bibliothèques !

Notre première question, tout naturellement, a porté sur son parcours : comment en est-il venu à écrire pour le théatre ?

– Par un enchaînement naturel, nous répond Simon Grangeat. Des études théâtrales dès le secondaire l’amènent à monter une compagnie, Traversant 3, et mettre en scène des pièces d’auteurs contemporains. Rapidement, ce répertoire, à son goût trop désespéré et surtout conduisant les spectateurs à la désespérance et non à l’action, lui donne l’envie d’écrire ses propres textes.

Très ancrés dans la réalité sociale d’aujourd’hui, ses pièces sont construites sous la forme de la farce. Ce qu’il veut, c’est interpeller le public, éveiller les consciences par le rire, susciter interrogations et réflexion. Le théâtre, pour lui, s’éprouve par le corps. Il est convaincu que les gens aiment apprendre, qu’ils aspirent à comprendre le monde. Il s’impose d’être didactique et précis pour faire réagir.

Simon Grangeat travaille longuement ses sujets, pour lesquels il distingue un temps d’assimilation très rigoureux des concepts abordés (dernièrement le monde de la finance, la crise économique de 2009) et un temps de maturation de l’oeuvre écrite. Il conçoit son travail d’auteur comme une membrane entre deux collectifs, un collège scientifique d’une part qui valide la véracité de tout ce qui est avancé, et une équipe de plateau qui donne à entendre le texte. Il n’écrit jamais seul, mais dans un mouvement d’aller-retour constant avec ces équipes. Et ses pièces sont peaufinées souvent jusqu’au soir de la première.

Dans son approche du théâtre pour jeune public, il souhaite réinterroger dans leur réalité crue les grands archétypes du conte et de la mythologie, redonnant à l’ogre, à la marâtre, leurs dimensions premières, celles d’incarner nos pulsions et nos peurs.

Ici et sur la toile, il est possible de découvrir extraits de textes et fragments de théâtre filmés en live, avant d’aller très prochainement l’écouter lire ses écrits chez « les mille univers ».

Pour jeune public, il a notamment écrit « Le caillou dans la botte », un remake du Petit Poucet vu du côté de l’ogre.

Et pour adultes, le caustique T.I.N.A. (There is no alternative) pour tout comprendre de la crise des subprimes.

Les trois photographies qui illustrent l’article sont les affiches des spectacles issus de ses pièces, empruntées à son blog.

(article de BorisDanièlle, Isabelle, KathieMarie-Jeanne ,Vincent)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 + = 55

Commentaire sur “Ecrire le théâtre contemporain : rencontre avec Simon Grangeat