Engeland. Pierre Cendors. Edition Finitude 2010


engelandEngeland. Pierre Cendors. Edition Finitude 2010

Une  belle surprise, ce texte édité par les éditions finitude, magnifique d’une intensité rare.

Fausta K et Houdini partagent une amitié immense, quelque chose de si  fort qu’ils parlent peu pour communiquer,  ces deux enfants grandissent ensemble jusqu’au  jour où Houdini tombe dans un  trou  qui  le laisse handicapé.

A partir de ce jour  Fausta se retrouve seule parce qu’Houdini  ne veut plus la voir.

Fausta  construit sa vie avec ce manque innommable.

Devenue photographe sa  quête est  celle du  manque et du  mystère des choses,  cette recherche de l’artiste de vouloir  nommer l’innommable,  de montrer l’immontrable, c’est  aussi une réflexion  autour de l’art dans un Berlin à  la pointe de la création  dans les années 1930 mais  aussi une traversée d’une Europe devenue folle.

Le  récit s’articule autour d’une fiction où  les frontières de la réalité sont brouillées tenaillées  par le silence dans un univers parfois  proche du  fantastique, auquel  s’ajoutent des  extraits d’un  catalogue réalisé pour la rétrospective de Fausta Kinsel, rétrospective portant le titre  « empreintes du  silence »

Dans ce récit construit  comme une enquête, Fausta continue de chercher Houdini jusqu’au  jour où  elle découvre un  tableau  le représentant ….

Houdini  serait-il  encore vivant alors qu’on  le croit mort ?

Vient de paraître « Adieu à ce  qui vient » Edition finitude.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 5 =