Ce que disent les mots


Erri de Luca – La Parole contraire – Hors-série Connaissance/Gallimard

ERRIErri de Luca, solidaire des habitants du Val de Suze, en Italie, dénonce le percement du tunnel TGV Lyon/Turin au travers d’une montagne bourrée d’amiante et de pechblende. Les poussières de ces minerais, une fois répandus dans l’air, risquent de polluer gravement l’atmosphère de cette petite vallée, après avoir colonisé les poumons des tunneliers. Comme il est de coutume, les zélateurs du « progrès » et des dividendes maximisés contre-attaquent. Mais comment démolir Mr De Luca, écrivain reconnu, bien qu’ancien gauchiste rescapé des années de plomb, sans avoir l’air de s’attaquer à la liberté d’expression ? Ah oui ! J’ai trouvé ! Erri de Luca appelle au « sabotage » du projet. C’est plus qu’il n’en faut, aux yeux des susdits zélateurs, pour le traîner en justice puisqu’il suffit, pour ces derniers, de réduire le sens du mot « sabotage » à une action de destruction aveugle. Cependant, écrit Erri de Luca, « [l’emploi du mot sabotage] ne se réduit pas au sens de dégradation matérielle [ ]Le verbe « saboter » a une très large application dans le sens figuré et coïncide avec le sens d’entraver [ ] Les procureurs exigent que le verbe « saboter » ait un seul sens ».

Et je prétends qu’appauvrir le vocabulaire ne mène à rien de bon, non ?

Bien sur l’auteur n’a pas été assassiné, mais c’est toujours mal vu d’affûter une plume lucide, donc indocile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

85 − 81 =