Et du côté d’Argent-Sur-Sauldre avec Cher Lurelu ? La classe de CE2 présente…


Cher Lurelu à Argent-Sur-Sauldre

Cher Lurelu à Argent-Sur-Sauldre

Le vocabulaire

Le vocabulaire

Plusieurs activités ont été entreprises en classe de CE2 en littérature (Mme TRAVERSE) et en arts visuels (Mme DESLANDES).

En littérature :

Une première approche consistait à faire inventer les titres des albums aux élèves à partir des premières de couverture, puis un jeu a été proposé pour relier les premières et les quatrièmes de couverture.

Un PowerPoint a été présenté aux enfants pour montrer les auteurs, les illustrateurs et leurs œuvres en général. Des comparaisons avec nos albums ont été effectuées.

Puis, nous sommes allés en Bibliothèque à la rencontre de Corinne qui nous a présenté les albums – ce qui leur a permis de découvrir les titres- et lu deux extraits d’albums (Bou et les trois zours , et l’ours qui aimait le sucre d’érable) pour leur donner l’envie de lire. Corinne a présenté l’originalité d’écriture de Bou, ses illustrations  et les gravures de l’ours qui aimait le sucre d’érable .

Les cinq albums ont été lus en autonomie par les élèves ( à l’exception de Grand ours qui a été lu à certains élèves du fait de sa taille ).

Ensuite, nous avons travaillé en classe plus spécifiquement sur deux albums : Une chanson d’ours et Bou et les trois zours.

Pour que chacun ait un livre à lire, la mallette sur les ours, empruntée à l’OCCE, a permis de diversifier les lectures sur le thème de l’ours, des prospectus en passant par le roman, les albums, le livre objet, etc.

 

Pour une chanson d’ours, nous avons travaillé en groupe sur des illustrations de l’album en carton  grand format fourmillant de détails. Du vocabulaire a été trouvé, et les personnages cherchés sur les pages de l’album à la manière de « Où est Charlie ». Puis chaque groupe a créé des affiches avec le vocabulaire des objets, des personnages à faire trouver aux copains.

Pour Bou et les trois zours les enfants ont créé un extrait d’histoire à la manière de Bou. Comme nous travaillions sur les préfixes et suffixes à ce moment là, une contrainte a consisté sur quelques mots à rajouter des préfixes ou suffixes. Les élèves, emballés par le projet, avaient tout d’abord travaillé de façon individuelle. La relecture en classe a permis de réaliser qu’un travail de groupe était nécessaire pour « se comprendre » puisque le langage de Bou est un peu difficile parfois. Les extraits ont donc été partagés, modifiés et travaillés en cohérence sur le sens.

Puis les élèves ont tapé leur texte à l’ordinateur, en jouant sur les polices, les tailles de lettres.

Enfin, ils ont illustré leurs écrits, aux couleurs de Bou.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1