Exposer la censure


La censure, un terme qui regroupe des formes très diverses « d’interdictions ». A travers cette exposition, mise à disposition des bibliothèques et médiathèques par la DLP, c’est un voyage dans le temps qui nous est proposé. Car la censure, contrairement à ce que nous pourrions imaginer, existe depuis la nuit des temps.

En préambule, les plus grands écrivains français victimes de la Censure…

Sous le second empire, le ministre de l’intérieur de Napoléon III, M. Ernest PINARD encore procureur impérial en 1857, requiert contre trois écrivains célèbres en vertu de la loi du 17 mai 1819 :

Gustave FLAUBERT pour son livre « Madame BOVARY », il sera acquitté.
Charles BAUDELAIRE pour son livre « Les Fleurs du Mal » , il sera condamné à 300 francs d’amende et et certains poèmes sont interdits de publication jusqu’en 1949.
Eugéne Sue pour son livre « Les Mystères du Peuple », histoire d’une famille de prolétaires à travers les âges. Malgré la mort de Sue, le procès continue et le procureur impérial Ernest PINARD obtient la condamnation de l’éditeur et de l’imprimeur à un et deux mois de prison.

sue3

Les origines : de l’Egypte ancienne à la Rome antique

genere-miniature[2]

Définition du mot censure : vient du latin « censora »qui qualifie la charge du Censeur dans la Rome antique. Le Censeur est le magistrat qui contrôle le Cens, le recensement des citoyens et l’évolution de leurs richesses.

On trouve la première censure au XIVème siècle avant J-C quand Akhénaton détruisit tous les textes qui lui étaient antérieurs.

Puis en Chine, 213 avant J-C l’empereur Qin veut anéantir tous les écrits de Confucius à Lao-Tseu.

A Rome et en Grèce où les philosophes  » Socrate » entre autres sont censurés pour avoir incité la jeunesse à la débauche…

La censure religieuse

La censure religieuse débute avec le développement du christianisme.

En 1237, sous le pape Grégoire IX, l’Inquisition met en place des tribunaux qui s’acharnent à traquer et punir les hérétiques.

Avec la création de l’imprimerie, l’imprimé offre aux  livres, plaquettes, libellés, une diffusion inconnue jusque là, face à la menace se multiplient les autodafés.

En 1159 est publié le premier index des livres interdits.220pxindexlibrorumprohibitorum1

La censure sous l’ancien régime en France

Quatre institutions exercent en France un contrôle culturel: la Sorbonne, l’Eglise, le parlement et le pouvoir royal.

En 1551, François Ier instaure le premier Dépôt Légal mais simultanément paraît le premier système de censure royale: l’édit de Châteaubriand.

Très rapidement, ce système sera inapplicable car l’explosion des écrits, à travers le développement de l’imprimerie, va rendre le contrôle de plus en plus difficile.

Lumières & Censure

Au XIV ème siècle, royauté et censure sont la norme acceptée du plus grand nombre. Au XVIII ème siècle, rien n’est moins vrai. Les gens lisent, s’instruisent et philosophent . Conséquence, la censure créé le buzz, ce que ne renieraientt ni Voltaire ni Beaumarchais. Demeure cette tache indélébile : « 40% des prisonniers de la Bastille doivent leur détention à leurs écrits ou à leurs lectures ». Quand tombent la Bastille et les privilèges en 1789, tombe celui, royal, d’imprimer et de publier.

imp

19° siècle (de censure)

Terreur, Directoire, Empire, contrôle de la police, saisies d’ouvrages. Sous Napoléon, la censure bien vivante ne dit pas son nom. Louis XI et Louis Philippe s’en remettent alors aux tribunaux et à l’esprit des lois. Peine perdue : Baudelaire, Flaubert, Verlaine ou Hugo feront les frais de Napoléon le Petit – qui fera à son tour les frais du livre éponyme d’Hugo, réponse éclairée à un Napoléon III qui aura tout tenté pour baîlloner l’opposition.

La liberté surveillée

400_F_91211_iqrWSlhVRtCdRrB79fSPLHj2K8wjAy[1]

Le célèbre  » Défense d’afficher » que l’on a vu et que l’on peut encore voir sur les murs de nos jours, peut traduire la volonté de contrôler les écrits. A la « parole » officielle diffusée par des publications telles que « Le Moniteur » , « Le journal officiel » s’oppose celle de la contestation de « L’homme enchainé » ou du « Canard enchainé » ( première parution en 1915 et toujours d’actualité)

Les nouveaux médias

DSCF5369

La radio ( première émission en 1922) , la télévision ( premiers programmes en 1949) sont rapidement devenus des diffuseurs d’information que l’Etat , quel qu’il soit, a toujours voulu contrôler et diriger.

L’information n’étant pas toujours objective il s’en est suivi une contre information répandue par les radios dites « libres » ( situées au début sur des plateformes en eaux internationales).

La Censure à travers les Ages: Tolérance et dictature

En Europe, certains pays ont joui d’une relative Liberté

– en Angleterre  la censure n’existe plus depuis au moins deux siècles, concernant l’Angleterre le ”LICENSING ACT” a été abrogé par la Chambre des Communes en 1695, et les Provinces Unies ( la Flandre et les pays bas) elles ont toujours été une terre d’accueil pour les sujets persécutés.
– Aux Etats Unis la constitution de 1776 a été amendée en 1789, le premier amendement ajouté fut ” Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni ne restreigne la liberté de parole ou de presse ..”

Pour d’autres pays, telle la Russie l’étouffement des libertés était une longue tradition, même après la révolution soviétique de 1917, les choses n’ont pas bougé.

Enfin quelque pays comme l’Allemagne ont connu des périodes de censure complète et des autodafés de livres d’auteurs juifs, de gauche ou francs maçons entre autres; la France libre de Vichy a pratiqué les mêmes « exploits » que les Nazis.
On peut également citer l’Espagne de Franco, le Portugal de Salazar et la Grèce des colonels, parmi les pays qui ont pratiqué la censure durant plusieurs décennies.

La liberté de la presse

Au-delà de la censure officielle des médias, petit à petit s’est instauré le principe d’autocensure afin d’échapper à une répression de plus en plus violente (emprisonnements, assassinats de journalistes).Toutefois, des associations comme « Reporters sans Frontières » revendiquent la liberté de la presse dans le monde.250px-Logo-reporters-sans-frontieres

L’enfer des bibliothèques

Une des missions principales de la Bibliothèque Nationale de France est la conservation de tous les ouvrages sans exception. Il se trouve qu’un certain nombre de bibliothèques municipales ont eu aussi leurs enfers. S’y trouvaient relégués les ouvrages ne pouvant être consultés que par des chercheurs.

La censure en bibliothèque est intervenue aussi dans des contextes liés à la dépendance vis-à-vis de l’autorité de tutelle. La professionnalisation des bibliothécaires, l’évolution de la société et le développement de l’idée de pluralisme ont permis de voir disparaître peu à peu ce type de censure.

Censure des images

La nudité remise en question dans la peinture, la photo jugée trop réaliste, choquante et dans la bande dessinée.

exemples :

Le jugement dernier de Michel Ange rhabillé

200px-Jugement_dernier

L’origine du monde de Gustave Courbet

280px-Origin-of-the-World

 

 

 

 

 

 

 

La censure au cinéma en Amérique et dans le monde

Un exemple: Betty Boop, personnage de dessins animés créé par Max Fleischer en 1915.

Betty Boop, sex symbol du cinéma qui va pourtant rapidement connaître la censure du code Hays qui détermine ce qui ne doit pas apparaître sur les écrans : pas de films d’horreur, pas de sexe, pas d’humour trop décalé. Ainsi la diffusion des films animés dont Betty Boop est l’héroïne a été suspendue (les studios ont dû la rhabiller un peu).

La censure au cinéma en France

Dès 1916 ,se met en place un système d’autorisation préalable pour la diffusion des films au niveau national.

La loi du 30 décembre 1975, en créant le classement X, évite en grande partie les interdictions totales, comme celle du film « La religieuse de Diderot en 1965 » de Jacques Rivette.

7155

Renouveau de la censure religieuse

La publication des caricatures du prophète Mahomet soulève un scandale

Dieu peut-il être caricaturé ?CAIVGU1TCAELLJV4CAQF3ERRCAC86QO2CA6TVRXKCADFFNL4CA94YLSHCA89CYL9CAOCYISTCAWQALWXCA6383XHCA2I0KYPCAVJXZDYCAFU6Q8LCASIKH5GCAZ6OJ7ICACU8MSQCA0H75CBCAF956J4

D’autres temps, d’autres moeurs

Avec l’évolution des supports de diffusion, et surtout l’évolution des moeurs on remarque que ce qui était censuré il n’y a pas 100 ans, est aujourd’hui banalisé, voire développé et étudié comme les textes de Boris Vian, ou Baudelaire qui sont proposés aux collégiens .

Aujourd’hui, dans la censure  on trouve aussi beaucoup d’auto-censure.

La censure ne se lasse pas d’interroger.

Où commence  t-elle ? Où s’arrête t-elle ?

Est-il interdit d’interdire comme on le proclamait certains soirs de 68.

Peut-on tout dire, tout montrer ?

Cette exposition ,composée de 17 panneaux a été réalisée, par Vivre en Europe. Elle est accompagnée d’une sélection de livres dont voici quelques références:

– Censure ! Censure ! /Christian Salmon.- Stock

– Censures : de la Bible aux larmes d’Eros De la Bible aux larmes d’Éros, le livre et la censure en France.- BPI

– Dictionnaire de la censure au cinéma/ Jean-Luc Douin.-PUF

– La parole manipulée/ Philippe Breton.- La Découverte

– Censure et caricatures .- Pat At Pan

– La censure/ Jean-Michel Ducompte.- Milan

– Le livre noir de la censure/ Emmanuel Pierrat.- Seuil

– Le livre interdit/ Jean-Christophe Abramovici.- Payot

– Histoire universelle de la destruction des livres/ Fernando Baez.- Fayard

– Le bonheur de vivre en enfer / Emmanuel Pierrat.- Maren Sell

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =