Fabienne Boubal


Bourdelinoise d’adoption, Fabienne Boubal exposait tout dernièrement ses toiles à la bibliothèque de Sancoins.

Je connaissais ses aquarelles de nus gracieux et délicats; j’avais eu l’occasion de contempler une marine(huile), l’année dernière à l’exposition du Gravier et cette année, j’ai plus particulièrement regardé ses paysages, trois aquarelles dans des tonalités subtiles et aériennes, ainsi qu’une émouvante sanguine :un portrait d’enfant endormi. L’ensemble  laissant une sensation de légèreté gracile.

Lorsque je l’ai interviewée, elle m’a confié que ses paysages étaient en fait plus anciens que ses nus, et elle me confie l’histoire de son parcours:

« A 18 ans j’étais maquilleuse de théâtre et je dessinais déjà beaucoup. Contrainte d’arrêter mon métier, je reprends le dessin vers 38ans; mais, ne voulant pas voir la vie en noir et blanc, en 2004 je prends des cours de peinture avec Bruneau Carcel pour mettre des couleurs.

-J’aime représenter les belles choses car il y a assez de laideur dans la vie. Mes aquarelles expriment l’amour, la vie et l’être humain. Immortaliser ce qu’il y a de bon en nous. »

Aérien , aussi, est l’écho de son accent chantant qu’elle laisse derrière elle et qui s’accroche aux murs avec les toiles qu’elle signe d’un trait léger , du nom de son enfance..Ferrari..Fabienne nous apporte les transparences vibrantes de l’air chaud du sud…(je l’avais prévenue que je serais lyrique…)

Fabienne Boubal exposera à nouveau à Ourouër les Bourdelins le dimanche 21 juin en compagnie d’artistes locaux.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

92 − 88 =

0 commentaires sur “Fabienne Boubal