Festival de Grignan : suite


En plein coeur de lété, Janine et Josette, de la bibliothèque de Saint-Satur,  ont envoyé à la DLP leurs impressions sur le voyage au festival de la correspondance de Grignan (qui a en quelque sorte « ouvert » les manifestations autour de la correspondance qui vont avoir lieu dans 17 bibliothèques du Cher de septembre à décembre)  : 

www.grignan-festivalcorrespondance.com

GRIGNAN    2/3 juillet 2009

En cette année 2009, au festival de Grignan, j’étais avec mon amie Josette dans une bulle, toute au plaisir de la découverte des lieux, des acteurs, des orateurs des rencontres littéraires. C’était deux jours, sans heurts, sans soucis, en la bonne compagnie des bibliothécaires, dans une atmosphère chaude et amicale.

Les belles fontaines de Grignan ont permis de se rafraîchir entre deux séances d’écoute studieuse des intervenants.

Les repas détente avec les uns et les autres ont contribué au plaisir d’être là au cœur de Grignan.

 

Au salon d’écriture il fallait jouer le jeu et manier la plume. Nous avons réussi à écrire deux lettres chacune.

 

J’ai redécouvert avec délectation, tant l’historien était passionnant, le personnage de Chateaubriand, son attirance pour l’Italie, stimulée par l’enthousiasme de Byron pour Venise. Chateaubriand, à son premier passage à Venise, agacé par le vent et les vénitiens qui criaient sans cesse « sirocco, sirocco » avait comparé les gondoles à « des cercueils flottants » !

Puis, il était bon d’assister à d’autres rencontres à propos des écrivains italiens connus et inconnus pour moi. Le grand Pavese, à la vie tourmentée, mérite d’être lu.

Quant à la lecture «Lettres à Mita » de Christina Campo et la lecture spectacle « Une séparation » elles nous ont régalées.

 

Je mets un bémol sur le spectacle « Sade, fuite en Italie » qui m’a laissé sur ma faim (trop peu de lettres lues). Sur les trois acteurs seul Sade, un peu jeune pour le rôle, m’a paru crédible.

 

Savez-vous, qu’à défaut de le voir sur scène, j’ai rencontré Bernard Giraudeau. Il a une sacré allure !

 

C’est loin Grignan mais cela vaut la peine d’aller jusque là en bus avec la DLP du Cher !

  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 9 =