Gare aux happenings… 1


Engager des musiciens pour jouer dans les gares, voilà une idée intéressante à développer pour la direction de la SNCF ou de la RATP surtout en cette période de restructuration, changements d’horaires, suppression de lignes, retards importants et autres joyeusetés.

Voici deux exemples à méditer :

Le 12 janvier 2007 à la station L’Enfant Plaza de Washington en pleine heure de pointe, le violoniste Joshua Bell a interprété incognito, sur son Stradivarius de 1713 coûtant plus de 3 millions d’euros, six œuvres parmi les plus belles et les plus dures du répertoire classique pour violon dont une Partita de Bach.

joshua-bell-300x300

Deux jours avant, il se produisait au Théâtre de Boston à guichet fermé à cent dollars la place et les applaudissements furent nourris. Dans le métro, seulement sept passants se sont réellement arrêtés pour écouter longuement la star du violon. Le millier d’autres n’ayant prêté aucune attention au récital, aucun applaudissement ne vint conclure sa prestation. Mais c’est vrai qu’à cet horaire matinal, les gens se rendant à leur travail sont plutôt pressés. De plus, nos sociétés contemporaines aimant l’ordre établi, s’accommodent mal de ce genre de perturbations artistiques intempestives. Pourtant, l’Art devrait aussi nous aider à lutter contre le conditionnement : métro boulot dodo.

En « contrepoint », un deuxième exemple montre un public captivé et ravi par un happening impromptu organisé par les membres de l’orchestre philarmonique de Copenhague dans un hall de gare :

 Satisfaction des clients et démocratisation de la musique classique à la clé (de sol), que demander de plus…Ca donnerait presque envie de rater son train ou son métro, non ?


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 − 22 =

Commentaire sur “Gare aux happenings…