Hugues LAPAIRE et le Berry


8°4671Je vous propose d’en savoir un peu plus sur le poète berrichon découvert où redécouvert dans le précédent article proposé par les Archives.

Car il n’est pas seulement poète mais également romancier, conteur et biographe, auteur dramatique, conférencier, peintre et musicien à ses heures. Hugues Lapaire est né le 26 août 1869, à Sancoins, modeste chef lieu de canton dans le département du Cher.

Sa jeunesse ne fut pas un long fleuve tranquille, orphelin de père à 3 ans, il déménage, avec sa mère et sa sœur, aveugle depuis l’âge de 7 ans. Dès lors, ce sont ses grands parents maternels qui s’occupent de la famille, sa mère étant de santé fragile. Ce sont des gens aisés, mais rigoristes, qui le placent rapidement dans une institution scolaire. Le décès de sa mère survient alors qu’il a 5 ans.

Le petit Hugues est un bon élève, à l’âge de 9 ans il part pour le lycée à Moulins, heureux de découvrir d’autres horizons, mais les vacances le ramènent à Sancoins, et ce toute sa vie d’adulte. Car s’il fréquente ensuite les meilleurs artistes de son temps, reçoit des titres flatteurs et des décorations honorifiques, devient officier de l’instruction publique, chevalier de la Légion d’honneur et lauréat de l’académie française, il revient chaque été à Sancoins, où il aime retrouver le calme provincial.

Voici d’ailleurs ce qu’il en dit dans son roman autobiographique, « La maison au perron »

Je ne dis pas que ce soit « le coin rêvé »,
mais c’est le mien, c’est là que je trouve le plus
de douceur et d’apaisement. C’est le port où je fais escale après la traversée des mers et les longues randonnées sur les terres étrangères.
Chaque année j’y reviens, poussé comme un voilier
sur un lac paisible, et par ce sentiment éternel et mystérieux qu’est l’amour du sol natal.  (La maison au perron, souvenirs d’enfance et de jeunesse).

Et comme son amour du terroir passe aussi par la bonne table, voici sa recette, fort rustique mais toute simple de la « galette aux pommes de terre » extrait de « La cuisine berrichonne de Hugues Lapaire » :

Prenez une demi livre de pommes de terre, faites les cuire à l’eau, pilez les. Ajoutez  un morceau de beurre (trente grammes) et un oeuf. Délayez une demi livre de farine, allongez la pâte, étendez dessus vos pommes de terre, roulez et mettez au four. Une demi heure de cuisson ».

Il s’éteint dans une maison de retraite de la Légion d’honneur, en janvier 1967, en nous laissant une œuvre qui puise son inspiration dans le terroir de sa province natale, le Berry. Il a publié une centaine d’ouvrages en français et en patois berrichon , dont quelques uns figurent en bonne place à la bibliothèque des Archives départementales

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =