Improbable rencontre… 1


mazettiLe mec de la tombe d’à côté / Katarina Mazetti, trad. du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus .- Babel

Un titre un tantinet vulgaire… Un nom d’auteur à consonance italienne qui s’avère suédoise… A lire ou pas ? Quand je me rends compte que l’une des deux protagonistes est bibliothécaire, immédiatement je plonge… Improbable pourtant cette rencontre : elle, Désirée, bibliothécaire  se présente comme « veuve encore jeune, sans enfants. Quelle tragédie et quelle injustice »… Lui, Benny, vit seul depuis la mort de sa mère et élève ses 24 vaches laitières. Voisins de tombe en quelque sorte ! Une rencontre qui commence plutôt mal : préjugés, méconnaissance et méfiance.

Lui : « Putain, je ne peux pas la blairer, je ne peux vraiment la blairer. Pourquoi elles est tout le temps assise là ?… Me rendre sur la tombe est mon seul bol d’air, mais, même là j’ai du mal à me dire que j’ai le droit de faire une pause et de simplement penser. Il me faut d’abord biner et planter et m’activer, avant de m’autoriser à m’asseoir. Et alors, le la trouve assise là. Décolorée comme une vieille photo couleur qui a traîné dans une vitrine pendant des années. Des cheveux blonds fanés, le teint pâle, des cils et sourcils blancs, des vêtements ternes et délavés, toujours un truc bleu ciel ou sable. Une femme beige. « 

Elle : « Le Forestier vient régulièrement à quelques jours d’intervalle, vers midi, toujours en trimballant de nouvelles plantes et des engrais. Il dégage cette fierté propre aux cultivateurs du dimanche, comme si la tombe était son jardin ouvrier. La dernière fois, il s’est assis à côté de moi sur le banc et il m’a observée du coin de l’œil mais sans rien dire. Il avait une drôle d’odeur et seulement trois doigts à la main gauche »

Ils vont cependant tenter de construire une relation passionnelle où la découverte de l’autre est source d’étonnements, d’agacements, d’incompréhensions sans cesse renouvelés : le choc de deux univers qui, à priori, n’ont rien en commun.

Décalé, cocasse, tendre, parfois grave et surtout émouvant, un roman qui se dévore en un clin d’oeil.


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

85 − 80 =

Commentaire sur “Improbable rencontre…