Je voudrais tant que tu te souviennes (Poésie / Gallimard) 1


couvpocha72dpi

 

Après avoir réalisé une très belle anthologie « Poètes en partance » (De Charles Baudelaire à Henri Michaux) dans la collection « Poésie / Gallimard » en 2011, Sophie Nauleau a réalisé en 2013 une nouvelle anthologie poétique, mettant en œuvre la passerelle entre poésie et chanson dans « Je voudrais tant que tu te souviennes » (Poèmes mis en chansons de Rutebeuf à Boris Vian). De la musique avant toute chose… et pour cela préfère la chanson, pourrait être la philosophie de ce livre. Construit avec intelligence, il commence par la « Complainte de Rutebeuf » en version originale, suivie de la version de Léo Ferré qui donna « Pauvre Rutebeuf ».

Puis l’anthologie se déroule dans un ordre chronologique d’auteurs allant jusqu’au XXème siècle. Le choix du poème original est ensuite respecté tout au long de l’ouvrage, avec une mention du titre de la chanson qu’il donna. On retrouvera ainsi bien représenté Aragon mis en musique par Jean Ferrat, Léo Ferré ou encore Georges Brassens. Bien sûr Jacques Prévert était incontournable, ainsi que Raymond Queneau ou encore Boris Vian. Il y a aussi quelques petites découvertes ou redécouvertes, comme ce « Sidonie a plus d’un amant… » venant de Charles Cros et interprété par Brigitte Bardot et Jeanne Moreau. Avec également une mention pour le poète vierzonnais Maurice Mac-Nab avec « Les fœtus », à découvrir également sur « YouTube » dans une vidéo illustrée de ses propres dessins…

 

 

La dernière du spectacle « Connaissez-vous Mac-Nab ? » se déroulera le samedi 16 novembre 2013 à 21h00 au Théâtre de la Vieille Grille à Paris (5ème). Réservations : 01.47.07.22.11
http://www.vieillegrille.fr/tiki-read_article.php?articleId=473

La dernière du spectacle « Connaissez-vous Mac-Nab ? » se déroulera le samedi 16 novembre 2013 à 21h00 au Théâtre de la Vieille Grille à Paris (5ème). Réservations : 01.47.07.22.11


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

45 + = 46

Commentaire sur “Je voudrais tant que tu te souviennes (Poésie / Gallimard)