La collecte d’un patrimoine méconnu : les fonds privés. 1


 
Fonds Société française,  AD du Cher , sous série 88J

Fonds Société française, AD du Cher, sous-série 88J

 

 

 

Qu’est ce qu’un fonds privé ?

La mission des Archives départementales ne se limite pas à la collecte d’archives publiques produites par des administrations. Des archives privées sont également recueillies. Si elles forment un ensemble se rapportant à une même personne ou une même activité, on parle d’un fonds (avec un s, même au singulier) privé.

La provenance des fonds privés

Particuliers, associations, commerces, entreprises, cabinets d’architectes, syndicats, partis politiques produisent des fonds d’archives et peuvent les donner aux Archives départementales. Ces archives peuvent aussi être achetées aux enchères par exemple.  

Des typologies multiples

Selon les fonds, le chercheur peut découvrir une typologie variée (pièces sur papier ou parchemin, plans, cartes postales, photographies, …) et parfois même divers petits objets venant compléter les écrits.

 

Quel est l’intérêt de conserver ces archives ?

La diversité des documents contenus dans les fonds privés constitue une réelle richesse documentaire. Pour le chercheur, ces documents uniques viennent en complément des archives publiques. Par ailleurs, ces fonds s’avèrent essentiels pour la valorisation du patrimoine (expositions , articles, ouvrages,…).

 

Le choix des documents

Nous sommes tous en possession d’archives privées qu’elles soient familiales ou résultant de notre activité et certaines sont susceptibles de présenter un intérêt pour l’Histoire. Afin de mieux appréhender l’utilité ou non de conserver une pièce il est nécessaire de s’interroger :

1/ Est ce que ce document pourrait intéresser un chercheur dans une cinquantaine d’années ?

2/ Le document apporte t-il un plus, en regard des informations de la presse de l’époque ? 

 

Fonds Bourges basket, en cours de collecte, AD du Cher, sous-série 132J

Fonds Bourges basket, en cours de collecte, AD du Cher, sous-série 132J

 La donation

La donation permet dans bien des cas de préserver les documents. Les travaux de conditionnement (pochettes neutres d’acidité et boites ignifuges), la conservation de ces archives dans un environnement adéquat (magasins tempérés et sécurisés) tout comme les interventions par les Archives Départementales en matière de restauration pour endiguer des dégradations ou plus simplement réparer un document endommagé sont des éléments clefs pour inciter  à la donation.  Le legs ou le dépôt sont aussi envisageables mais ils requièrent des formalités administratives plus complexes.

 

La sensibilisation au don

Mes propres expériences professionnelles dans ce domaine depuis quelques années m’ont confirmé combien il était difficile d’inciter un particulier à faire un don. Nous sommes tous attachés à nos biens, à notre patrimoineet éprouvons beaucoup de difficultés à nous projeter dans l’avenir.  C’est bien souvent lorsque la personne a été sensibilisée et a pu mener ce travail de réflexion personnelle (je tiens à ce document, il m’appartient, il peut s’altérer dans le temps ou subir une dégradation à mon domicile, si je disparais que deviendra-t-il ? quel est enfin le plus sûr moyen de le sauvegarder ?) que le don apparaît comme une évidence.

 

La communication après le don.

Chaque donateur a  la possibilité d’émettre des souhaits qui peuvent être notifiés dans les clauses du contrat de don (ex : incommunicabilité d’un document pendant une durée précise, interdiction des reproductions,..). Les objets et pièces les plus rares ou précieux sont numérisés. Grâce à cette opération et à l’élaboration de supports de substitution les usagers qui fréquentent les salles de lecture peuvent désormais visualiser les pièces restées très longtemps non communicables.

 

La Direction des Archives de France, avait lancé il y a quelque temps déjà une campagne de sensibilisation au don par le tirage d’affichettes dont le titre était : Aidez à la conservation de notre mémoire «La culture est l’âme d’un peuple, les archives en sont la mémoire».


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 2 = 8

Commentaire sur “La collecte d’un patrimoine méconnu : les fonds privés.

  • martine gallois

    C’est fou, je n »imaginais pas tout ce qui pouvait être conservé, par vos services en témoignage de notre époque pour le futur…
    Et qui sait, un tout petit morceau de papier une photo, une clé USB…, serviront peut-être à nos descendants pour leur expliquer le monde un peu fou dans lequel nous baignons aujourd’hui. A méditer avant de vider les greniers….