La Littérature contemporaine en ligne : #2 : les revues numériques francophones 1


Les revues littéraires ont toujours été le creuset de nouvelles expériences d’écritures. Elles sont de véritables athanors de laboratoire alchimique dans lesquelles nouvelles formes et thématiques, nouveaux styles et engagements se créent. Ces écrivains d’avant-garde intéressent de nombreux éditeurs repérant dans leurs pages les talents de demain. Evidemment, les lecteurs férus de littérature en sont également très friands. Hélas, les contraintes financières et logistiques ont souvent raison de nombreuses « revues papier » qui, du coup, ont une courte durée de vie. «Une revue, ça naît sans prévenir et ça meurt sans le dire», soupire André Chabin organisateur du salon automnal annuel consacré aux revues et directeur de l’association Ent’revues.

 

 revues

Heureusement, l’Internet a permis l’émergence d’une nouvelle génération de revues littéraires numériques venant compléter l’offre existante et multipliant la création artistique du fait, entre autre, des nouvelles possibilités technologiques. En 2012, Ent’revues recense dans son annuaire des revues culturelles francophones 2268 titres (papier et internet) dont 264 revues numériques.

 

 

 

Parmi ces dernières, voici quelques coups de cœur :
Revue d’ici là de l’éditeur numérique Publie-net est une revue thématique expérimentale multimédia mélangeant donc textes, images et sons. Pierre Ménard, un bibliothécaire ayant pris pour pseudonyme le nom d’un personnage de Borges en est le directeur artistique. Elle paraît 2 fois par an et la sortie du 9ème numéro est prévue durant l’été pour un coût muti-formats de 3,99 euros. En exergue du numéro 6 consacré à la création, une phrase du poète Claude Royet-Journoud, qui a dirigé également plusieurs revues, nous a d’ailleurs interpellé et beaucoup plu :

« L’immobilité de celui qui écrit met le monde en mouvement. »

royet

Onlit éditions qui avant d’être un éditeur numérique belge, a commencé par être une revue homonyme multimédia donnant carte blanche à des écrivains, plasticiens, vidéastes et musiciens. Christophe Grossi confirme qu’un éditeur numérique a les mêmes objectifs qu’un éditeur papier : avoir une ligne éditoriale et éditer de la qualité et enfonce le clou : « Il est peut-être temps, l’Internet existe depuis plus de vingt ans, de porter un autre regard sur les éditeurs numériques. » En tout cas, Onlit éditions s’inscrit dans cet objectif en ayant une ligne de fiction contemporaine, francophone et volontiers décalée comme par exemple l’univers de l’écrivain liégeois (pas le café, l’écrivain) Nicolas Ancion qui nous apprends que « Nous sommes tous des playmobiles », alors à bon entendeur…

 

Remue.net, une des plus anciennes revues numériques, site de création littéraire et de critique a été fondé en 1996 par François Bon, pivot central lorsque l’on évoque littérature contemporaine et numérique. Maintenant gérée par un collectif littéraire avec l’écrivain Sébastien Rongier à sa tête, ce site reste incontournable pour ceux et celles qui s’intéressent à la littérature contemporaine.

remue10ans

D’autres exemples de revues francophones à découvrir : Urbain, trop urbain qui comme son nom l’indique a pour thème « la ville » et cinq revues en ligne consacrées à la littérature contemporaine : D-Fiction (devenu éditeur numérique depuis 2011), Hors Sol, La cause littéraire, Le nouveau recueil (anciennement « Recueil » édité par Champ Vallon en édition papier) et Secousse (éditions Obsidiane).

 

septièmesecousse

« Le privilège des grands hommes est de donner des secousses à leur siècle. La secousse donnée, sauve qui peut ! »
       
Le Comte de Provence (futur Louis XVIII) dans un libelle contre Maurepas
 
 
 
Photographie illustrant la septième secousse

 

 

 

Et si vous êtes du genre goulu, n’oubliez pas l’annuaire de l’association Ent’revues qui propose avec son site un espace d’information et de promotion, d’action et de recherche sur les revues contemporaines, avec le soutien du Centre national du livre , incontournable.
Bref, Amis lecteurs, la curiosité étant l’abeille de l’esprit, sortez les épuisettes pour aller pêcher de beaux textes car comme disait l’autre « on ne se baigne jamais dans le même fleuve » et merci à Christophe Grossi d’avoir guidé nos pas à la découverte de ce nouveau monde littéraire. 😉


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

45 − 40 =

Commentaire sur “La Littérature contemporaine en ligne : #2 : les revues numériques francophones