Last train : le dernier sera le premier 1


Bravo à Last Train , les heureux gagnants du prix du Printemps de Bourges Inouis 2015. Le choix assumé du rock a payé. Et du coup, nous aurons le plaisir de pouvoir les revoir à Bourges .

Nous les avons rencontré lors de la journée de formation « A la découverte du Printemps de Bourges ».

A cette occasion, ils s’étaient prêtés au jeu des questions-réponses.

17619_1033862939975115_22439286508273548_n

Depuis quand le groupe existe-t-il ? Qui sont les membres du groupe ?
Antoine : Last Train existe depuis un bon petit moment… Je crois que ça doit faire
presque dix ans qu’on joue ensemble. Il y a Jean Noël le chanteur et guitariste,
Julien un autre guitariste, Timothée le bassiste et moi Antoine à la batterie. Une
formation rock et brute, sans son électronique et sans clavier.
Les musiciens ont-ils changé depuis les débuts ?
Tim : Oui il y a eu quelques modifications, mais là, nous 4, on est ensemble depuis 5 ans !! On peut alors dire que nos débuts se sont faits ensemble !
Quels sont vos parcours musicaux respectifs ?
Tim : On a tous commencé par écouter du rock plus ou moins tôt, avec les parents ou avec les potes à l’école. Alors c’était pas forcément très recherché. Moi pour ma part j’étais tout fou la première fois que j’ai entendu Téléphone ou ACDC, alors qu’aujourd’hui on est plus trop dans cette optique.
Julien : Et pour l’apprentissage à proprement parler, Antoine et Jean Noël ont pris quelques cours au début, à l’Ecole de musique ou avec un prof. Tim et moi on a plutôt appris l’instrument dans le groupe, en répétant, en jouant, en faisant des concerts, en se forçant à faire les choses bien.
Antoine : Je pense aussi qu’on a été bien entouré. Au début on était super fan, et on l’est toujours, de groupes locaux qui tournaient bien. Et c’est la bonne école, on a toujours essayé de se surpasser pour arriver à faire un bon concert.
Quelles sont vos influences directes (affirmées) et/ou indirectes (souvenirs,….) ?
Jean Noël : Je crois qu’on s’inspire involontairement de tout ce qui nous entoure.11182112_1033808029980606_3971864047968647627_n
Dans la musique cela peut être du rock, mais aussi de l’électro, la pop, ou du hip
hop. Mais à coté de ça on a aussi l’art, le cinéma, la nature… Je ne sais pas
vraiment comment expliquer. On n’invente rien avec Last Train, le rock avec
guitares, basse et batterie ça existe depuis des décennies. Et on ne prétend pas
inventer un nouveau style. Notre point fort je pense, c’est de faire de la musique
avec de l’intention, avec beaucoup d’honnêteté. On est amis, et on a cette sorte
d’alchimie entre nous, du moins c’est ce qu’on espère ! Et dans ce domaine là on ne
peut pas vraiment se cacher, mais Led Zeppelin est certainement le groupe qui nous
a donné envie de faire des concerts, de vivre, et de faire vivre, une expérience au
public.

IMG_6966Qui compose ?
Tim : Jean Noël le chanteur en général apporte un riff, ou une mélodie, un thème,
une idée en somme. Et après on joue et on essaye tous ensemble de composer le
morceau. Chacun rajoute sa patte, sa marque.
Qui écrit les textes ? Sont-ils écrits directement en anglais ?
Julien : C’est un peu le même fonctionnement que pour les morceaux. Antoine écrit
les paroles à la base, mais ensuite on les retravaille. Mais oui ils sont directement en
anglais. Même si on a écouté et on écoute encore aujourd’hui de la chanson
française ou du rock français, mais en général ce qu’on écoute et ce qu’on aime
c’est la musique anglophone. C’est comme ça qu’on aime la chose, c’est comme ça qu’on voit notre musique.
Pourquoi avoir fait le choix de chanter en anglais ? Est-ce uniquement pour la
musicalité de la langue ?
Antoine : Comme l’a dit Julien juste avant, pour nous le rock est avant tout une musique anglophone. Quand on écrit les paroles, ça vient naturellement en anglais,et je pense que ça permet aussi de pouvoir prendre de la distance par rapport à ce qu’on veut dire et de l’exprimer de façon plus simple. Mais comme tu l’as dit, l’anglais est une langue plus musicale, plus expressive naturellement. On ne crache pas sur les chanteur français, au contraire, Bertrand Cantat ou Jacques Brel sont des gens pour qui j’ai énormément de respect pour leur talent à écrire et faire sonner la langue française.
Avez-vous des thèmes favoris ou récurrents ?
Antoine : On écrit pas vraiment par thèmes, en général c’est une idée qui vient, une11169980_1033808049980604_439110867785131213_n
phrase qui va être la racine à partir de laquelle on va faire évoluer toutes les paroles
de la chanson. Les thèmes viennent donc sur le moment dans nos vies et peuvent
être inspirés par n’importe quelle situation où l’ont se sent vivant. C’est peut être ça
le thème du groupe se sentir vivant ( kitsch mais sympa ).
Pourquoi avoir choisi comme nom « Last train » ?
Jean- Noël : C’est un nom qu’on a choisi il y a longtemps quand le projet n’était qu’à
l’état d’embryon. On avait lancé une liste de nom et choisi celui-là. On s’est déjà
posé la question si on voulait le changer, mais au final il nous plaît toujours ce nom,
pour ce qu’il représente : le chemin parcouru depuis et les expériences qui ont
soudé le groupe que nous sommes aujourd’hui.
Que représente un passage au Printemps de Bourges pour vous ?
Tim : C’est un super tremplin !! On a joué ce set avec la même intention que
d’habitude même si on était conscient que le public était constitué essentiellement de professionnels de la musique. J’espère que ça va nous ouvrir des portes au niveau national. Mais passer à Bourges c’est un gros coup de projecteur sur le groupe et ça nous a permis de rencontrer d’autres groupes de la scène française.
Et le fait d’avoir remporté le prix du Printemps de Bourges 2015 ?
Julien : On a fait une grosse tournée tout le mois d’Avril ( 21 dates en 28 jours ) dont le Printemps de Bourges était l’avant dernière date. Je pense que ça nous a permis de ne pas trop appréhender la date. Tellement qu’on ne savait pas qu’il y avait une compétition ! Pour nous c’était déjà une victoire de passer ici à Bourges !!! On est donc encore plus heureux d’avoir remporté le prix qui va nous permettre de traverser pour la première fois l’Atlantique pour aller jouer à Québec cet été.
Quels sont vos projets ?
Continuer de faire des concerts le plus possible. Car c’est ce qu’on préfère dans la musique ! On a aussi enregistré notre premier album au début de l’année. On prépare sa sortie très minutieusement, c’est prévu pour la fin de l’année…

Si on vous dit bibliothèque, qu’est-ce que cela évoque pour vous ?
Antoine : Pour moi ça évoque le calme et les études. Je ressort d’une année partagée entre la Fac et les concerts, la bibliothèque c’était l’endroit cool de la Fac ou je pouvais tomber sur des bonnes surprises.

Tim : C’est un endroit où je rêverai d’être épanoui ! Quand j’étais à la fac, j’y allais souvent, mais j’étais très vite déconcentré, le moindre bruit me faisait sortir la tête de mes cours. Je ne bossais pas beaucoup, mais j’adorais quand même y aller !

Jean-Noël : Ma maman (rires) ! Car elle travaille actuellement dans une bibliothèque !
Julien : Mon frère, car il travaille dans une médiathèque ! Un lieu de partage et de rencontres, la culture au service de tous.

Un livre ou un auteur préféré ?
Antoine : C’est très adolescent mais après avoir lu quelques classiques j’ai été très touchés par les livres de Kerouac surtout “ Les clochards célestes “. Dernièrement je découvre Bukowski avec énormément de plaisir.

Tim : Ce n’est pas de la grande littérature, si mon ancienne prof de français m’écoutait, elle me tuerait certainement, mais j’ai englouti cette dernière année tous les romans d’Amélie Nothomb. Sans trop savoir pourquoi, je crois qu’elle me fait voyager, et ce sont ses récits sur le Japon qui m’ont donné envie de m’intéresser vraiment à ce pays.

Jean-Noël : J. R. R. Tolkien

Julien : Charles Baudelaire

Un cd ou un artiste préféré ?

Antoine : On aime cité Led Zeppelin pour leurs albums et l’alchimie qui se dégage dans leur musique. C’est notre objectif aussi, l’alchimie et l’intention. Donc si je devais citer un Cd je dirai « How the West Was Won » de Led Zeppelin. « Explosions In The Sky » – « Take Care, Take Care, Take Care »

Jean- Noël : Led Zeppelin – Led Zeppelin

Julien : WU LYF – « Go Tell Fire To The Mountain »

Tim : C’est toujours très compliqué comme question. Mais pour faire original, je dirai Wolfgang Amadeus Phoenix, de Phoenix. Ce n’est certainement pas mon album préféré, mais il en fait partie, ou du moins il fait partie de ceux que j’ai le plus écoutés, avec Wu Lyf, The Doors, BRMC ou Oasis…

Un film ou un réalisateur préféré ?
Antoine : J’ai longtemps bloqué sur « her » de Spike Jones mais aussi « Mommy » de Nolan depuis peu. Le travail de l’image dans ces films est impressionnant. Chaque plan est une photo.

Tim : Comme Antoine, ce travail sur l’image me tient vraiment à coeur, c’est pourquoi j’ai beaucoup apprécié les films de Sofia Coppola comme « Lost in translation ». Ses films sont très lents, avec beaucoup de tension, de très belles images, une superbe BO…

Jean-Noël : « No Country For Old Men »

Julien : « La Haine »

Un échange à bâtons rompus qui nous a convaincu (si nous avions encore besoin) que Last Train deviendra une locomotive du rock français…

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

53 + = 61

Commentaire sur “Last train : le dernier sera le premier