Le goût de l’Amérique ?


 

gueule trancheeVous aimez Steinbeck et Faulkner ? Vous avez découvert Barry Udall, John Kennedy Toole ou Barbara Kinsgolver ? Essayez « La Ballade de Gueule Tranchée » de Glenn Taylor  éditions Grasset  … Un premier roman plein de promesses…

Le héros, Early Taggart, est plutôt mal parti dans la vie. Né en 1903, sa mère n’a de cesse de le noyer dans les eaux réfrigérées d’une rivière en furie, il faut la comprendre : elle est convaincue d’avoir enfanté le démon. Heureusement, il est sauvé par la veuve Dorsett, femme hors normes, solitaire et bouilleuse de cru… De ce violent baptême glacé, il va contracter une infection définitive de la bouche qui va lui valoir le surnom de « Gueule-tranchée ». Malgré ces débuts difficiles, il va vivre près de 108 ans, surmontant incessamment des événements qui en auraient fait mourir plus d’un… Charmeur de serpents, séducteur de femmes, syndicaliste, homme des bois, journaliste, jazzman : une vie  ébouriffante, âpre et réjouissante, qui accompagne l’histoire des Etats-Unis au cours du 20 ème siècle.

« Le 3 décembre 2010, le vieux se cousit les lèvres avec du fil de pêche. Les douleurs et les palpitations étaient de retour. Ce jour-là qui était aussi celui de son cent huitième anniversaire, le magazine Time envoya un journaliste à Warm Hollow, en Virginie Occidentale. A cause de la réputation du vieux, et à cause de Pearl Thackery. Pearl Thackery avait été le doyen des citoyens de la Virginie-Occidentale et il était mort la semaine précédente, laissant le vieux, cet ancien inventeur, charmeur de serpents, cunnilinguiste, tireur d’élite, homme des bois, harmoniciste et journaliste, devenir le plus vieil Homo Sapiens vivant de tout l’Etat. »


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 9