L’Eloge du théâtre : le Monde à Jean-Marie à Vesdun


Le-Monde-a-Jean-Marie-22a-51b6f2bddbe55Curieux et parfois un peu intimidés, aînés mais aussi ados  et jeunes adultes, plus de quarante spectateurs  étaient au rendez-vous à Vesdun pour applaudir « le Monde à Jean-Marie ».

En quelques minutes nous sommes transportés dans l’univers nébuleux, drôle, tendre, nostalgique de l’ancien maire de Trévignolles qui tente de fuguer de sa maison de retraite alzheimer. Tantôt le regard absent et le verbe confus, tantôt virulent, pétulant et poussant la chansonnette avec brio Jean-Marie  nous devient familier. On tremble , on rit, on espère et on doute avec lui si bien qu’à la fin du spectacle on voudrait l’accompagner encore un peu …

Après le verre de l’amitié très apprécié  les bibliothécaires de Vesdun convient le public à une rencontre-débat avec  Philippe Chevalier et Philippe Host, comédiens et metteur en scène, et Nathalie Gohin et Michèle Massot de l’association France Alzheimer 18.

Plusieurs questions concernent la construction du spectacle ; c’est à partir d’une expérience personnelle, de collectages, de recherches scientifiques que la pièce a été écrite. Il y avait la volonté de porter la maladie devant un public mais sans pathos.

Les spectateurs expriment très spontanément leurs réactions, et leurs témoignages sont très émouvants :

 » je n’ai pas du tout ri et ai été choquée par le rire des autres car j’ai trop souffert pendant des années de l’agressivité de ma mère malade ».

« Ma mère était très calme mais certains moments comme la douche étaient très pénibles… ».

« Il reste quand même le contact physique, parfois le regard même quand la mémoire ou  la parole sont parties ; il ne faut pas se priver des moments de tendresse et de rire… » (Philippe Host)

Nathalie Gohin et Michèle Massot répondent aux nombreuses questions sur le rôle de l’association et sur la maladie d’Alzheimer :

L’association a pour mission d’accueillir les familles, de les renseigner, de les former pour accompagner au mieux les aidants. Il ne faut pas prendre pitié mais ne pas non plus essayer de corriger les incohérences des malades car leur mémoire ne peut plus créer de souvenirs ; cette maladie commence par des problèmes de mémoire et elle peut se déclarer assez jeune. Un diagnostic précoce, des soins appropriés dans de bons établissements permettent de ralentir l’évolution de la maladie.

Cette soirée fut riche en émotions partagées avec « le Monde à Jean-Marie » que vous pourrez voir ou revoir vendredi 22 novembre à 20 heures dans la salle polyvalente de SaintMartin d’Auxigny.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 1