L’encrier maudit


9782350006468,0-1160940[1]L’encrier maudit de Pascale Maret chez Oskar éditions

Thomas est en classe verte dans un vieux manoir.

Il pleut, pour les occuper on organise un jeu de piste, les équipes sont faites et Thomas se retrouve avec Killian et Jules, qui ne sont pas de ses amis, ça commence mal.

Killian, un peu tête brulée, ne veut pas perdre son temps à résoudre des énigmes,  il part explorer les lieux. Thomas et Jules moins aventuriers le suivent  pour ne pas éclater le groupe et risquer une punition. Ils entrent dans les appartements des propriétaires, explorent une pièce et sur le point d’être surpris ils se réfugient dans une petite pièce sombre embarassée de vieilleries. Jules trouve un encrier et un parchemenin sur lequel un message d’un autre temps les invite à signer avec le porte-plume et l’encre « Magifluid ».

Quand ils ressortent de la pièce ils ont fait un bond de 50 ans dans le passé, ils sont dans un pensionnat  tenu par un directeur plutôt très antipathique.

Un roman pour la jeunesse à partir de 9 ans, il y a du suspens, de l’humour. En effet c’est très drôle de voir ces trois jeunes, vivant aujourd’hui,  transportés en 1961 dans un pensionnat, presque une maison de correction. Leur vie est chamboulée, plus de portable, plus de jeux vidéo, les enfants de la pension qui tout en étant de leur âge semble parler un autre langage, des expressions, des jeux qui n’ont plus cours aujourd’hui. La nourriture  est fade et insuffisante,  ils n’ont droit qu’à une douche par semaine, les autres jours c’est lavabo commun et eau froide…

Et cerise sur le gâteau, nous sommes au milieu de la guerre d’Agérie,  évènement qu’ils connaissent à peine, et Thomas est noir ce qui ne va pas faliciter les relations entre ces jeunes…( en 1961, peu de jeunes gens avaient eu l’occasion de cotoyer de près un homme de couleur).

Mais les beaux yeux d’une jeune fille de leur âge séquestrée par son oncle qui recherche aussi un trésor vont réussir à rassembler ces deux mondes.


A propos de martine gallois

De formation comptable, je suis passée dans le monde de la littérature par les contes, en passant mon Bafa. A la DLP 18 depuis le 1er septembre 1996, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer des fonctions très différentes et toutes très enrichissantes. Prêt au public à l'annexe, participation au groupe formation animation, gestion des marchés publics et de la comptabilité, conteuse...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

84 − 75 =