L’épopée des steppes – 7ème Partie


P1010401  » Difficile en quelques mots de rendre compte du choc émotionnel et de la plénitude qui vient à l’appel de la steppe en nous. Des jours à circuler parmi les montagnes où vivent en liberté des loups, des ciels improbables dessinés par des géants, des regards encore sauvages, rudes et pourtant doux. Je regarde la piste et je sais qu’il s’agit d’un voyage intérieur. Des femmes mongoles aux longs yeux de biches marchent sur la langue soyeuse du cachemire. Je vois des chevaux à l’infini courir sur la tendresse du monde. Deux hommes s’affrontent à la lutte dans la paix du soir. L’instant, si rare chez nous s’étire dans le bleu des Tengris. Des petites filles élevées par des chameaux racontent des histoires, des vieux parcheminés vivent là librement, sans confort, sans maison de retraite pour les faire mourir.

DSC01067Les hommes immergés dans la nature n’inventent pas de barrières, ils marchent. Comme les caribous des Amériques, en suivant des chemins connus d’eux seuls. Et pourtant le froid, le vent, les risques quotidiens. Mais vivre vraiment n’est-il pas ce qui doit être risqué ? Une chose qui vous vient sans calcul avec du sel et des baies rouges. Dix jours ici font cent ailleurs et pourtant ils sont plein de trous par où l’esprit s’échappe de sa gangue. Je sais pourquoi naissent et vivent en ce lieu les légendes : il est des points sur terre, des portes ouvertes sur d’autres mondes, où l’on se sait suffisamment chez nous.

P1010602 Je rentre chez mon automobile, comme disait Nougaro et les chevaux me manquent, l’espace inouï où déposer sa petitesse et faire enfin partie du Tout ; ces lieux où l’on se sait plus grand que ce qu’on croit. Je rentre dans mon Berry et les piverts m’accueillent, les buses et les hiboux à nouveau me tutoient, frères et sœurs, amigos des grands yacks, cousins germains des aigles, aux cils et aux longs doigts.
Le vent se lève à Subligny, il vient tout droit de l’Ovokhangai. Je suis tranquille, je sais que mes amis sont au dedans de moi. »

Patrick Fischmann
A SUIVRE…


A propos de Fischmann

Conteur, musicien, chanteur, Patrick Fischmann est avant tout un passeur d'émotion et d'espérance, fidèle à une poétique de métamorphose. Il tente de réanimer la fonction de troubadour moderne, à la fois dans son temps et hors du temps, des modes et des cases. Après des années de chanson et conte en solo, ainsi qu'une riche expérience au sein de la Cie Musicalix, il créé la Cie des Muses Do Ré, puis le Théâtre du Vivant. Passionné par le dialogue interculturel, il aime aussi être là où les propositions sont rares (maison d'arrêt, quartiers sensibles, publics étrangers, handicapés, entreprises). Spectacles de contes et musique : Voyage chamane avec Pascal Fauliot / Le coeur de l'arbre, solo / Tate-Topa, contes amérindiens, solo / Anhépi wi, contes et chants de guérison des peuples nomades, solo / Folle sagesses et sages folies, veillée, solo / Pachamama les voix de la Terre avec Catalina Pineda et Ivan Chanatasig / Le chemin des étoiles, solo / Stages de conte, voix et chant. Discographie Il enregistre huit contes musicaux La tortue qui était le monde, Le secret de l'arbre aux fées, Tiflamme et la pierre bleue, La légende de l'arbre noueux, Le Conseil des tisserands, Le compagnon bleu, Le chant des Sources, Le grand Voyage de Goëlin et cinq albums de chanson La Fredonne, Fais pas l'anglaise, L'homme qui était un arbre, Le tournesol et la tisserande, Nouveaux rêves Bibliographie Participe aux "Contes et légendes de la sologne", "Contes et légendes du Berry", édités par CLIO-Royer, publie "Mythologie de la Sologne" et "Contes du chant, de la Musique et de la Danse" aux Editions Royer, ainsi que 2 romans : "Les treize jours de l'aube" et "Le Présent du Monde" chez Cavalier Vert En 2009 " Contes des sages chamanes", co-écrit avec Pascal Fauliot, au Seuil , "Contes des sages nomades" en solo et "Contes des sages Peaux rouges" avec Pascal Fauliot, au Seuil / En nov. 2010, "Contes des sages qui lisent dans les étoiles"/ Avril 2011, "Contes des sages de la Sologne et du Berry" et avec Pascal Fauliot "Contes des sages jardiniers" au Seuil

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + = 17