Les Rencontres de la Lecture publique : conférence de Denis Merklen


2014-06-10 50 ans rencontres 059

Quel rapport la bibliothèque a-t-elle avec les cultures populaires ?

C’est une  vaste question que Denis Merklen  a explorée à partir d’une longue enquête sur les 70 bibliothèques incendiées entre 1996 et 2013. On en a parlé dans les bibliothèques, dans les quartiers mais pas dans l’espace publique de la politique ; on a fait comme si rien ne s’était passé, sans doute à cause du côté inacceptable de ces faits.

 Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’autodafés , de censure de la parole écrite  mais bien d’une attaque (sans revendication exprimée) de l’Institution Bibliothèque. Pourquoi ?

La bibliothèque est perçue par les classes populaires à la fois comme un lieu prestigieux auquel l’ensemble des habitants est attaché mais aussi comme un équipement peu fréquenté qui renvoie à une image enfantine, féminisée. 

 La bibliothèque se voudrait comme un espace de calme , comme un sanctuaire et pourtant elle ne peut rester neutre. Elle participe de la domination culturelle.

 Les divergences entre les  usages traditionnels des bibliothèques et les pratiques réelles des usagers provoquent donc des conflits qui vont de l’échange verbal aux dégradations des locaux. Comment y remédier ?

 Il faut identifier les demandes du public, mettre l’usager au centre de l’espace bibliothèque.

La bibliothèque doit devenir un acteur de transformation sociale, elle doit être un lieu d’interlocutions. Ces préoccupations sont aujourd’hui souvent prises en compte par les architectes.

Le travail des bibliothécaires sera d’identifier les voix qui qualifient la réalité (comme les associations) et  de lutter contre l’atomisation des gens. Beau programme qui nécessitera de mobiliser toutes nos énergies !

2014-06-10 50 ans rencontres 057

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 5 = 5