Lire numérique 2: les bibliothécaires en phase de test 14


Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

 

 

 

img_1308a4img_1311aphoto kd

 

Samedi 4 juillet
La tablette numérique Sony PRS-505 est déposée dans la première bibliothèque inscrite sur le planning de test
? la bibliothèque de La Guerche sur L’Aubois.

Les bibliothécaires Odile et Stéphanie vont l’avoir à disposition pendant deux semaines. C’est très court, mais nous avons acquis 2 tablettes Sony, l’une reste à la dlp pour être testée par l’équipe dlp, et 14 bibliothèques sont inscrites sur le test … nous attendons d’autres supports numériques, ceux de Bookeen, l’Opus annoncé pour bientôt et le Cybook Gen 3; au total nous devrions disposer de 12 readers pour cette phase de test par les bibliothécaires du réseau du Cher.

Je leur amène la tablette, cherchée la veille à la Fnac, et en ayant préalablement chargé la batterie à bloc. Le reader est dans son conditionnement d’origine : housse en sky couleur caramel, câble USB pour recharger la batterie et télécharger des fichiers à partir d’un ordinateur – textes ( PDF, RTF, EPUB, BBeB book), images (Bitmap, JPEG, GIF, PNG), audio (MP3, AAC) -, le guide papier de démarrage rapide et le cédérom qui contient le guide de l’utilisateur au format PDF plus les logiciels ebook library et Adobe digital éditions pour la gestion de la bibliothèque de livres numériques et l’activation d’achats en ligne à la Fnac. Pas d’adaptateur secteur pour recharger la batterie. Pas d’écouteurs : mais ceux de la plupart des appareils de lecture nomade conviennent. Nous avons aussi acquis la housse auto-éclairante : voir si c’est un gadget ou si la lecture du soir s’en trouve améliorée ? et par un tour de force sympathique du vendeur, une assurance bris et vol de deux ans pour le prix initial, on ne sais jamais …

Pour doper ses ventes d’été, l’enseigne propose actuellement la Sony PRS-505 avec une carte Memory stick de 2 GB, chargée de 100 titres libres de droits issus du site Feedbooks :  Alexandre Dumas, Arthur Conan Doyle, Edgar Allan Poe, Emile Zola, Friedrich Wilhelm Nietzsche, Feodor Mikhailovich Dostoïevski, Gaston Leroux, Gérard de Nerval, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Honoré de Balzac, Jean-Jacques Rousseau, Jules Amédée Barbey d’Aurevilly, Jules Verne, Marcel Proust, Michel Zévaco, Nikolai Gogol, Robert Louis Stevenson, Stendhal, Voltaire … pour les auteurs présents avec plus d’un titre. Ce qui présente l’avantage de pouvoir lire de suite sur l’appareil sans avoir besoin de télécharger des contenus, mais ne favorise pas la recherche et la découverte des textes les plus contemporains ! Ni celle des autres sites de contenus numériques textes et audios que je liste patiemment !

En quinze minutes environ je montre les fonctions de base à Odile: mise sous tension, feuilletage des index, sélection et feuilletage d’un livre, signets, grossissement des caractères et changement d’orientation du texte, retours au menu; j’explique sans le faire concrètement et c’est peut-être un tort le chargement de fichier depuis l’ordinateur – le lecteur est reconnu comme périphérique amovible tout simplement, mais il est vrai que si l’on ne sait pas quels dossiers ouvrir pour coller les fichiers, on peut hésiter à s’y aventurer …- . Quelques consignes de sécurités, pour ne pas endommager la carte mémoire essentiellement, et pour recharger la batterie . La présentation est volontairement rapide pour ne pas enlever de fraîcheur à leur découverte. Et puis je compte bien que leur propre expérimentation puisse servir de base à la réflexion commune d’accompagnement des futurs lecteurs ! Bilan dans deux semaines de l’utilisation qui sera faite de la tablette et de son contenu !

Vendredi 17 juillet et samedi 18 juillet
Recueil des premières impressions et premiers enseignements pour moi sur la façon de prêter une tablette numérique. J’enregistre les discussions que j’ai de visu avec Odile et au téléphone avec Stéphanie pour consigner toutes leurs remarques.

? Elles s’accordent toutes les deux sur la qualité de lecture de l’écran, sur la simplicité d’utilisation de la tablette, le plus des signets – jusqu’à une centaine- pour marquer les pages à retrouver.
Sur l’enthousiasme de la découverte, la surprise de retrouver des textes qu’elles aiment, de tomber sur des textes qui font échos à leurs lectures actuelles – Alice au pays des merveilles sur la tablette, qui vient enrichir la lecture d’un roman pour adolescent qui parodie ce classique en version papier – .
? Peu de textes ont été lus ou même feuilletés, sans qu’il soit possible d’en tirer véritablement des conclusions sur l’aspect bénéfique ou non de la présence d’une centaine de livres non choisis par soi-même sur le support, en une semaine chacune, difficile de faire le tour de la bibliothèque !
? Je me rends compte qu’elles ont pu être déroutées par quelques fonctionnalités que je n’avais pas expliquées: par exemple, la tablette Sony permet d’aller directement à une page du livre en entrant le numéro de cette page; mais si on ne le sais pas, on peut entrer par mégarde un numéro – il suffit d’appuyer sur une des touches numériques latérale- et ne pas savoir comment se sortir de là ! Le réflexe de revenir en arrière avec le bouton de menu ne va pas de soi pour le lecteur de livres en papier !

 

img_1522aimg_1529aimg_1530alire-numerique-vignettes-004a 

? Elles ont uniquement exploré les possibilités de lecture des textes écrits de l’appareil. Mais la fonction mp3 leur semble intéressante pour les lecteurs de la maison de retraite, lesquels envisagent de passer aux livres-lus sur lecteurs mobiles à La Guerche sur L’Aubois.
Egalement, pour la familiarisation avec les langues étrangères, disposer ainsi de la version lu et de la version écrite serait très appréciable.

Et par rapport à un livre papier, quelles différences ?
Côté inconvients : une surface froide, l’absence de couleurs, la main contrainte à une passivité inhabituelle pour tourner les pages, la sensation du papier tourné, son bruissement perdu,
Côté nouveautés : une nouvelle coordination à trouver entre l’œil et le pouce au moment de tourner la page – on se fait prendre au piège au début d’appuyer trop tôt sur la touche pour anticiper le quart de seconde nécessaire pour changer de page, et on mange la fin de la phrase …- mais ce n’est pas ressenti comme étant embêtant, ce petit temps de latence, juste une autre façon de lire, une nouvelle immobilité l’œil suspendu au repos de la main,
Côté avantages : le livre peut être lu posé à plat sur une table, les pages ne se refermeront pas, et bien sûr avoir avec soi en permanence un choix important de documents sans poids ni volume supplémentaires est un vrai bonheur !

Et s’il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’opportunité de prêter des tablettes numériques en bibliothèque ou pas, les bibliothécaires de La Guerche sur l’Aubois sont unanimes : une tablette numérique se lit dans les conditions habituelles de lecture d’un livre papier.

 

lire-numerique-vignettes-007alire-numerique-vignettes-010alire-numerique-vignettes-008alire-numerique-vignettes-012a   

(les mains en situation de lecture numérique et papier ont été aimablement prêtées par 2 collègues dlp)


A propos de Kathie Durand

Venue au monde en été dans un pays d’ange, après quelques errances, j’ai découvert avec ravissement la vie bouillonnante – et cachée- des bibliothèques. Deux jours de bonheur dans la semaine à Villetaneuse puis Massy, avec des bibliothécaires qui portaient avec enthousiasme la Lecture Publique. Entrée sans plus attendre dans ma vie professionnelle, Aubervilliers, le 93, à la faveur de multiples remplacements de congés maternité qui se sont succédés aux petits oignons, trois petites filles vers lesquelles vont toute ma reconnaissance ! Merci à Evelyne Pieiller qui m’a fait confiance, « vous commencez mardi prochain », à Sylvie Solana qui m’a « mise sur le coup », et Frédérique Pinzan qui en plus de faire un bébé m’a obtenu une place au foyer de jeunes travailleurs – j’avais passé l’âge-. A l’époque j’ai rencontré Henri Michaux par la bibliothèque de la Maladrerie, laquelle porte son nom et le propage amoureusement en estampillant les livres à son nom à l’encre verte. Première rencontre. Quelques décennies plus tard retour dans le Cher c’est dans l’ordre des choses une fille s’installe près de chez ses parents répétait mon père depuis toujours ! Avec un petit, et oui, qu’il grandisse avec un grenier et des framboises à grignoter. Maman, et à la BDP, Bibliothèque Départementale de Prêt. Tout ce vert dans les yeux au cours des premières tournées bibliobus. Allouis, Sancergues, Crézancy-en-Sancerre, Pigny, Farges-en-Septaine et Savigny-en -Septaine, Lunery-Rozières, Méreau, c’est Aragon qui a fait swinger les noms des communes de France. Des centaines de documents déposés au fil des kilomètres, parfois choisis avec avidité par vous les « dépositaires », chargés de faire vivre le livre dans les bibliothèques municipales. Aujourd’hui s’ajoute, cette nouvelle aventure à partager et à écrire avec vous. Demain, le numérique changera peut-être notre vie.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “Lire numérique 2: les bibliothécaires en phase de test

  • genevieve jolivet

    Donc, RV à la biblio de La Guerche pour découvrir l’objet.
    Il va y avoir foule!
    Merci pour le lien qui nous fait découvrir son site sympathique. Bibliothécaires au top de la maîtrise informatique..Chapeau les filles!

  • Kathie Durand

    Et non Geneviève, la tablette est à la BM de Lunery depuis le 20 juillet…
    le 3 août elle sera à La Chapelle Saint Ursin puis à la BM du Subdray à partir du 17 août, voilà pour son itinérance d’été ! Suite du programme à la rentrée, avec les tablettes de Bookeen j’espère, qui resteront elles entre 6 et 10 semaines dans chaque bibliothèque, des heures de test en perspective pour les bibliothécaires pionnières et les lecteurs curieux !

  • genevieve jolivet

    Bon, eh bien zut, j’ai loupé quelque chose.
    ? Je relis, et je crois comprendre que La Guerche l’a eu du 4 au 20 juillet?
    Bon, eh bien tant pis, nous verrons cela à la rentrée. En tant que lectrice curieuse. Merci pour l’info.

  • Kathie

    Il y a une solution Geneviève: tu te joins au groupe test?
    Comme cela semaine prochaine tu as le compte rendu de la réunion du 12 juin, et nous te faisons une petite place sur le planning de test des tablettes numériques, même si c’est un peu loin dans le temps.
    D’ici là, tu peux déjà explorer tous les liens de l’article et te reporter aux autres articles tagués « lire numérique » (en utilisant la fenêtre de recherche en haut de page de CherMédia) qui proposent d’autres liens encore .
    Et surtout lire les premières pages de tous les livres de Publie.net , éditions de littérature contemporaine en ligne où je te promets que tu vas faire des découvertes qui vont t’enthousiasmer – avant que je ne te communique les codes d’accès en lecture complète, puisque la DLP 18 est abonnée à Publie.net.
    Alors à bientôt ?

  • genevieve jolivet

    oui, le choix est époustouflant. Et puis, rétroéclairé, c’est très confortable pour mes yeux…
    Bon, bon, je réfléchis à ta proposition, car là je suis en vacances… bon, bon…
    Je vais aller voir ça peut-être à La Chapelle…
    J’ai lu le début de Habakuk!!!!!c’est vrai que c’est enthousiasmant. Tu me connais bien Kathie!!!merci.

  • lilibib

    Ah, tu as raison, je l’ai zieuté, il est pas mal.
    …le magazine!

    L’intéressant ça pourrait être de pouvoir zoomer un article pour le lire en caractères plus gros (quand la vue vieillit). Est-ce que c’est rétro-éclairé?

  • kathie

    un peu cher c’est sûr, mais il fait bien envie « enTourage eDGe » … (c’est Florent Taillandier qui est à l’affût et qui partage sa veille sur Twitter) Sélection / Vous aimeriez tester le enTourage eDGe ? Découvrez cette excellente démo interactive….>> http://ow.ly/RUEX