Lurelu : Faim de loup d’Eric Pintus et Rémi Saillard 6


Pour débuter la présentation des 10 albums sélectionnés par le Comité Lurelu, nous avons choisi un des livres favoris des enfants, des professeurs des écoles et des bibliothécaires : le bien nommé  Faim de loup.Va t’il remporter tous les suffrages, nous le saurons fin juin lorsque toutes les classes participantes auront voté sur le site mis à disposition par l’Education Nationale.

faim_de_loup

 En attendant de le lire, voici pour vous donnez l’eau à la bouche ou la salive aux babines, un aperçu de l’histoire et une sélection des commentaires des enfants et des bibliothécaires :

La vengeance est un plat qui se mange froid. Proverbe qui va comme un gant à cet album écrit par le comédien, conteur et humoriste Eric Pintus et illustré par le jurassien et maintenant strasbourgeois Rémi Saillard paru aux éditions Didier jeunesse.

pintus

 

Eric Pintus  saillard

 

et Rémi Saillard

 

 

 

 

Un loup et un lapin en sont les personnages principaux. Un loup, un vrai comme on les aime : famélique et affamé parlant de lui à la troisième personne tellement la faim le taraude. D’ailleurs le lecteur éprouve une certaine empathie envers lui car plongé dans les pensées de l’animal, il ressent avec insistance le caractère oppressant et obsédant de la faim. (…La Faim, c’est la Faim, tu as Faim…). Il divague et commence à rêver d’enfants car un enfant c’est gentil, mignon, innocent et surtout dodu. Mais, le destin en décide autrement, il va croiser la route d’un animal féroce : un lapin « mal embouché ».  Un lapin qui profite de la mauvaise posture du loup, tombé par mégarde dans une fosse à ours, pour l’assommer de noms d’oiseaux : « Aberration de la nature, dégonflé du cerveau, espèce en voie de disparition, incapable, imbécile, idiot, résidu biologique, zozo, zinzin. »

Seulement, emporté par son enthousiasme et ses fanfaronnades, le lapin moqueur, malpoli et injurieux glisse dans le trou… tel est pris qui croyait prendre.

50187240

 

 

 Les dialogues, pleins d’humour, sont accompagnés d’un graphisme contrasté. En effet, les animaux anthropomorphisés sont crayonnés alors que la forêt, seul décor, comporte de grands à-plats de couleur.

faimdeloupdetail

 

faimdeloupint1mini

 

 

 

Jouant sur les stéréotypes des animaux pour mieux surprendre le lecteur et s’appuyant sur les ficelles du conte, cet album s’adresse aux enfants à partir de cinq ans. Une histoire qui fait mouche car les enfants lors de la présentation du livre dans les bibliothèques de Saint-Amand-Montrond et de la Bibliothèque intercommunale des trois Provinces située à Sancoins ont réagi avec ferveur notamment lors de l’énoncé sous forme d’abécédaire des gros mots émis par le rongeur aux grandes oreilles. D’ailleurs, à ce propos, Martine de la Bibliothèque de Saint-Amand-Montrond a eu l’idée de faire chercher aux enfants ce que pourrait dire compère Lapin pour se rattraper et ne pas finir dans la gueule du loup en imaginant une liste de A à Z de compliments drôles et loufoques. Du coup, les flots d’horreurs ont laissé place à une rivière de mots rigolos…Autre anecdote amusante, lorsque le loup imagine un rébus pour désigner le lapin :

2 petits yeux + 2 grandes dents + 2 grandes oreilles = ?

Un enfant a répondu un crocodile… Cherchez l’erreur….

 

Comité Lurelu

logolurelu


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

52 − 48 =

6 commentaires sur “Lurelu : Faim de loup d’Eric Pintus et Rémi Saillard

  • Bibliotheque Intercommunale

    En effet, c’est un album qui a été très apprécié des enfants. La lapin dit plein de gros mots, ce qui les a fait beaucoup rire. La fin de l’histoire a fait l’unanimité. Pour tous, le lapin est mangé par le loup…pour se venger!
    Lors d’un accueil suivant, les enfants m’ont même avoué que cette histoire était leur préférée!

  • Touzel-Paillard Hélène

    Autant pour moi, voilà ce que c’est de lire à tout vitesse !!! Il faut toujours relire tranquillement. Maintenant que j’ai LURELU le programme que j’ai reçu ce matin, je m’aperçois qu’Eric Pintus raconte au lieu indiqué mais dans la journée pour les scolaires.

  • Laurent Jenger

    Merci pour l’info Hélène, comme l’opération est en partenariat avec les écoles du sud du département et que la Nièvre n’est pas très loin, sait-on jamais…D’ailleurs pour la prochaine édition de Lurelu, nous espérons inviter un auteur ou un illustrateur de la sélection 2012/2013 mais ne vendons pas la peau du lapin avant de l’avoir mangé…

  • Richoux Caroline

    Avec ma collègue nous avons réfléchi à ce que l’on pourrait bien dire de ce magnifique album: voici notre réflexion.
    Le thème du loup plaît beaucoup aux élèves. Le loup n’est pas en position de force ici (peur des hommes, affamé, ridiculisé par le lapin) les enfants accrochent et répètent la petite ritournelle : « La Faim, c’est la Faim, tu as Faim ». Quant à l’abécédaire, n’en parlons pas : il provoque éclats de rire à chaque lecture, on ne s’en lasse pas ! Après ça ils frémissent à l’idée de voir le lapin se faire dévorer (illustrations magnifiques représentant la descente de celui-ci) et espèrent tout de même qu’il va s’en sortir. La plupart sont satisfaits du sort du lapin puisqu’il n’a pas arrêté d’insulter le loup.
    Une de nos classes travaille sur l’écriture d’un abécédaire « gentil » pour le loup. A suivre !
    Mesdames Millet et Richoux

  • Laurent Jenger

    Comme le souligne Caroline, une autre expérience à retrouver sur le fil du groupe Lurelu de la part de Nadine Moro-Lin et des enfants de La Guerche-sur-l’Aubois qui confirme, entre autres, l’attraît des gros mots et de l’abécédaire…