Miettes de lettres 1


39842[1]Miettes de lettres

Anne Thiollier au Seuil jeunesse

Fenfeng, âgé de 11 ans,a quitté la Chine avec son père et sa mère , laissant au pays sa grand-mère. Avant de partir, celle-ci lui a remis une petite enveloppe dans un mouchoir en lui disant : » Tu l’ouvriras là-bas quand tu seras grand ».

Quatre ans après, tous les trois habitent le 13ème arrondissement de Paris et Fengfeng en pensant à sa grand-mère se demande toujours, quand est-ce qu’on est grand ?

Fengfeng reproche à ses parents de ne rien faire pour s’intégrer : ils parlent à peine le français, ne sortent pas en dehors de leur travail,  ne connaissent que leur quartier. Le jeune homme doit attendre une sortie scolaire pour voir Paris et découvrir un autre monde.

Il écrit très souvent à sa grand -mère , deux lettres: une qu’il  envoie et dans laquelle il lui raconte une vie ou tout va bien,  lui dit qu’il voit la Tour-Eiffel de sa chambre, et une autre lettre,  qu’il écrit dans un journal ou il raconte la vraie vie, l’école, les brimades, les menaces, sa rencontre avec Djamel, un garçon peu fréquentable qui va l’aider à découvrir la ville  contre quelques cours de mathématique que FengFeng lui donnera.

FengFeng est bon élève. Il fait tout pour s’intégrer, pour réussir.

Dans le quartier il fait la connaissance de Siao Ling,  une jeune fille qui passe toujours très vite en rasant les murs. Elle a l’air triste et apeurée. Un jour, au square, alors qu’elle accompagne un jeune enfant, FengFeng l’aborde, et apprend qu’elle travaille pour une riche famille chinoise, qu’elle n’a pas de papiers et qu’elle est arrivée en France avec un visa touristique, et surtout qu’elle est l’esclave de ces gens.

Un peu plus tard, il est pris à parti par deux chinois de sa classe et un autre asiatique, qui le tabassent, lui font boire de la bière, le menacent des pires représailles si FengFeng ne s’engage pas à faire leurs devoirs. Sorti de ce traquenard  par Djamel et sa bande, il décide que maintenant il est grand. Il ouvre le mouchoir, ouvre l’enveloppe et découvre un petit carton sur lequel sont inscrits un nom et une adresse dans Paris.

Que faire de ces informations, que voulait sa grand-mère en lui donnant cette adresse ? Il va le découvrir avec Djamel .

Une histoire de famille, de traditions chinoises, de clans.

Un roman qui nous invite à découvrir la vie des émigrés de Chine, leurs problèmes d’adaptation, les différences de civilisation qui font barrage à l’intégration tant du côté des français que  chinois. Un roman qui raconte aussi la vie, les amis, l’adolescence , le racket,l’esclavage, les secrets de famille.

Anne Thiollier a vécu en Chine, elle a écrit plusieurs romans sur ce thème, dont « la vie  en rouge » qui nous raconte la révolution chinoise vu par des jeunes adolescents.


A propos de martine gallois

De formation comptable, je suis passée dans le monde de la littérature par les contes, en passant mon Bafa. A la DLP 18 depuis le 1er septembre 1996, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer des fonctions très différentes et toutes très enrichissantes. Prêt au public à l'annexe, participation au groupe formation animation, gestion des marchés publics et de la comptabilité, conteuse...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 75 = 84

Commentaire sur “Miettes de lettres