« Neige » … à Avord 3


Vendredi 4 juin 2010, les bibliothécaires d’Avord , en partenariat avec la DLP, ont proposé dans le cadre de l’animation Poésie, le spectacle « Filambul » de la Compagnie Puzzle au Centre.

Un public varié  est venu écouter Adrienne Bonnet, comédienne , qui a lu le texte « Neige » de Maxence Fermine, avec Delphine Bordat , musicienne jouant de la flûte traversière, du violoncelle ou de l’accordéon diatonique,  et Emmanuel Brunet, plasticien samouraï, réalisant des calligraphies,des sculptures sur sable,un superbe tableau…

Le mot NEIGE en différents dialectes japonais

Le mot NEIGE en différents dialectes japonais

Ce fut un spectacle tout en douceur et très poétique ,le choix de réunir le verbe, la plastique et la musique se révèle magique et a captivé petits ( ils étaient une quinzaine assis devant le plasticien , tous très captivés par ce qu’ils voyaient et entendaient ) et grands.

Voici un petit extrait du spectacle :

http://www.dailymotion.com/video/xdkz4c_extrait-de-filambul-de-la-compagnie_creation

Le verre de l’amitié , offert par la municipalité, a permis d’échanger et de mieux comprendre comment ce spectacle avait pris vie. Les trois artistes et l’éclairagiste étaient très charmants , ce fut un plaisir de les recevoir.

filambul

( Pour ceux qui étaient au spectacle, la dame va mieux, elle a besoin de repos.)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =

3 commentaires sur “« Neige » … à Avord

  • marie-jeanne-chambrion

    Merci à toute l’équipe pour leur accueil chaleureux (et c’est vrai que le soleil tapait fort !) ; sympa la galerie de photos et la vidéo ; je rajouterai juste que les adultes étaient venus nombreux (une cinquantaine) plonger dans l’univers glacé de Maxence Fermine.

  • Christine Loubeyre

    Ce n’est pas pour chipoter, mais quand même 😉 ! J’ai compter environ 70 adultes et tout le monde n’était pas encore installé. Merci à l’équipe pour cette journée de travail, d’échanges et de découvertes.
    J’ai passé un excellent moment, transportée, pour une heure, dans le Japon du 19ème à travers ce récit d’une histoire d’amour absolu et de Haikus.
    Un intermède bienvenu, après cette journée consacrée au désherbage en bibliothèque.

  • marie-jeanne-chambrion

    Chipotons, chipotons, j’avais pas vu le chiffre 90 dans l’article ! oui vraiment, c’est bien « lezards mêlés » dans une ambiance de fête …