Objets cachés… mots trouvés…


P1190368

Sur la table de petits objets sont dissimulés sous un tissu. A chaque personne de glisser sa main dessous et d’en saisir un sans le regarder, ni le montrer.
Le jeu consiste à faire une description écrite de l’objet tenu sans le nommer, à partir de sensations tactiles. Décrire mais aussi exprimer ce que l’objet évoque en nous. Durée, 20 minutes ; forme, libre.
Chacun lit son texte à voix haute :

Multiforme, rond, pointu
Est-ce une bête aux pattes crochues ?
Lisse, rugueux, carapace d’insecte ?
Objet usuel ou rare ? utile ou futile ?
Babiole frivole, inutile ?
A remiser ou à jeter ? Je ne sais !

***

Plat, rugueux, rond, il vous emporte
on roule, saute, glisse, virevolte
au ras du sol ou dans les airs ;
Il est liberté pour les plus jeunes
Il est spectacle pour les plus vieux !

***

Bruit de métal sur la table
mais du tout orientable
petit objet vu ma taille
qui nous sert pour la taille

***

Petit…Rond…Argenté… Enfoui dans les boites à couture des grand-mères, enfant, je n’ai jamais su m’en servir –
Inutile ? Utile ? Elle, elle me disait que je n’aurai jamais les doigts percés, endoloris, parfois même ensanglantés des couturières professionnelles… Et pourtant, comme timbale pour les poupées et les ours en peluche, il accompagnait les goûters élaborés à base de pissenlits et de boutons  d’or.

***

C’est un embout qui bouche
une capsule en bois d’arbre
un plug en raisin fermenté
un éthylique économe – ou l’inverse.
C’est un opercule de substitution,
de ceux qui n’existent pas à l’origine,
de ceux que l’on appose au vin, mais pas ici.
Ici on le finit.

***

Un fruit qui se mange sans la coque, ramassé ou cueilli à l’automne. Vert en été, il mue à l’automne et abandonne son manteau de chlorophylle. Il peut se consommer cru, cuit ou râpé. Son goût sera différent selon sa maturité. Solide, il peut devenir liquide. En hiver, sa coque viendra crépiter dans la cheminée.
Avec un peu d’imagination et de créativité, il peut se transformer : bateau, araignée ou tout autre objet rêvé.

***

Il est froid, a deux trous de diamètre différent, et m’a accompagné tant de fois sur le chemin aride de l’inspiration.

***

Long et fin il indique la direction des mots
qui viennent à l’esprit.
Lisse comme une pensée structurée,
Réutilisable à l’infini,
Il est l’outil d’expression par excellence.

***

De chaque côté on peut y mettre les doigts
Pour le tenir comme il se doit.
Il est dur et dangereux,
Certains peuvent en être peureux.
Petit, on s’amuse parfois
à y mettre le doigt.
Sa lame sert à couper,
le bois qui entoure la couleur souhaitée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

52 − = 48