Odette ou les tribulations d’une pigeonne


Odette ou les tribulations d’une pigeonne de Lili Pissenlit illustré par Marie Olé Edition Mic-Mac poche

51iW6NosLYL._SS500_[1]Dans la littérature de jeunesse, la maladie d’Alzheimer est souvent traitée, mais cette fois c’est avec beaucoup d’humour, de fantaisie et de tendresse.

Odette, la pigeonne blessée, est soignée par Clara. A ce moment Odette devient Big Foot, et Clara décide de former Odette en pigeon voyageur. Elle lui met un bonnet péruvien sur la tête, lui attache un message à la patte, et lui donne l’adresse :

 » L’Âge d’or, 3 ème étage, dernière fenêtre à droite, tu y trouveras Mamie Pomme ».

 Car sa mamie est depuis quelque temps dans une maison de retraite spécialisée pour les malades atteints de la maladie d’Alzheimer et ses parents ne souhaitent pas que Clara voie sa grand-mère malade.

Un jour que Clara demande pourquoi elle ne peut la voir son père lui explique :

« Alzheimer, On dirait le nom d’un général des armées ou un gros mot dans une langue étrangère mais en fait c’est comme un ver dans une pomme, qui grignote tout sur son passage jusqu’au trognon ! Dans le cas de Mamie Pomme, le ver mange sa mémoire petit à petit et il n’y a rien qui puisse l’arrêter. »

Reconnaissante d’avoir été soignée par la petite fille,  Odette va tout faire pour remplir sa mission. Elle va alors se lancer dans des aventures qui vont boulverser son quotidien plutôt  tranquille.

Entre porter une lettre de la petite fille à la mamie, et retour, et transporter des souvenirs (un caillou, des petits bouts de ficelles…) que Clara envoie à sa grand-mère pour l’aider  à  retrouver la mémoire, il y a un pas, voir un bond , ou un vol à franchir !

L’histoire racontée à la première personne par Odette nous fait un peu oublier la tragédie que vivent les familles. A travers les mésaventures de cette pigeonne apprentie « pigeon voyageur », on découvre une relation pleine de tendresse et d’amour d’une mamie pour sa petite Clara, mais aussi lorsque la bulle vient à nouveau envahir le cerveau de la vieille dame, les sympômes de la maladie sont décrits avec beaucoup d’humour.

Une nouvelle façon de parler de cette maladie, des dégâts qu’elle fait tant sur le physique que sur les relations humaines des proches…

c’est drôle, plein de finesse,  les illustrations de Marie Olé apportent aussi un joli brun de fantaisie et d’humour.

Pour les jeunes et moins jeunes.


A propos de martine gallois

De formation comptable, je suis passée dans le monde de la littérature par les contes, en passant mon Bafa. A la DLP 18 depuis le 1er septembre 1996, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer des fonctions très différentes et toutes très enrichissantes. Prêt au public à l'annexe, participation au groupe formation animation, gestion des marchés publics et de la comptabilité, conteuse...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

94 − = 85