Partie commune, de Camille Bordas.


Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?

Les murs de la maison des Manin ont des oreilles ! Quand les petits enfants décident de vendre la demeure familiale qui a vu passer trois générations mais qui n’abrite plus personne sinon leurs souvenirs, celle-ci nous ouvre ses portes et nous confie ses états d’âmes. « On en apprend beaucoup sur les gens en observant ce qu’ils laissent de côté »,  et l’on se prend à écouter cette spectatrice immobile, témoin d’un microcosme de passage. Délaissée depuis des années, la maison attend  ses nouveaux propriétaires, un directeur de théâtre et sa troupe.  Une nouvelle vie pour elle et de nouvelles interrogations…

Un second roman d’une sensibilité douce, qui nous entraîne dans l’intimité d’un lieu où le temps laisse ses traces, où des personnages entrent et sortent de scène. Une « Partie commune » où alternent représentations et confidences faites aux miroirs et aux carnets intimes. Où se joue le théâtre de la vie.

Le premier roman de Camille Bordas, Les Treize desserts, paru en 2009, toujours aux éditions Joëlle Losfeld, a reçu la bourse Thyde Monnier de la SGDL, le prix du livre du département du Rhone et le prix Jean-Claude Izzo).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = 1