Passeur de poème…


Nouveau printemps des poètes, nouvelle occasion de partager des textes sombres ou lumineux, décalés ou conventionnels, tristes ou drôles…

Merci à Michèle d’avoir relancer les passeurs de poèmes… Pour moi, ca sera, pour cette fois, Jean-Pierre Verheggen illu160409verheggen et son Eloge des grands Espoirateurs !
Oui ! c’étaient des porteurs d’espoir et de progrès, nos grands navigateurs et autres explorateurs !
Je le dis sans fayoter ! Pensez à Vasco de Gama qui ramena du diable vauvert là-bas, la gamelle à rata et l’usage des couverts ! Quelle révolution pour l’industrie hôtelière, n’est-ce pas ? et quellechance pour nos doigts ! Que ce soit dans des domaines aussi divers que l’hygiène, la santé mentale, la zoophilie, l’amour ou les surgelés, tous, sans exception, sont à louer ! Colomb le premier ou Paul-Émile Victor qui après avoir distribué gratosse des chapeaux ronds aux Lapons (on connaît la chanson et les mœurs pendables de ces populations du Grand Nord) devint – oui !
notre Paul-Émile Victor ! détenteur du secret pour s’attirer les faveurs d’un phoque en manque de chaleur, sans devoir lui parler en morse pour activer les manœuvres d’approches ni tenter de l’amadouer en brandissant de hautes torches sous prétexte de le réchauffer, ni, non plus, on n’arrête pas le progrès ! en se sentant obligé, comme tant d’aventuriers français avant lui l’ont fait, d’offrir à l’animal blasé l’Espoir de Malraux comme livre de chevet en guise de cadeau de mariage pour jeunes pacsés !
Ah oui ! j’oubliais ! Le secret, zob secret, c’était que, fatigué ou non, un vrai phoque n’est jamais un faux cul.


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 30 = 33