Passeurs de poèmes – Le choix de Selac


Les rameurs d’inquiétude

LesBord du Cher en hiver rameurs d’inquiétude sur de grands lacs froids
Fixent leurs solitudes et en pleurent parfois
Dans le brouillard il semble que leurs barques s’envolent
Du miroir onduleux où les rides d’Eole
Vont et viennent en chantant
Mais ce n’est qu’un murmure
Recouvrir les brisants

D’une fluide et blanche bure

Et partout où le vent va porter leur chagrin
Ce sont les mêmes larmes coulant de leurs écrins
Qui viennent accueillir leurs rames battant l’eau

Emportant le bonheur sur leurs curieux radeaux

Lorsque l’un d’eux s’arrête sur un autre rivage
S’évade d’une seule voix une étrange complainte
Elle rappelle aux sirènes leur innocence feinte

Délaissant un moment les profondeurs sauvages

Et chacun chaque jour rame un peu plus inquiet
Après une tempête de se trouver à quai
Comme les gouttes de pluie à la surface lisse
Souvenir passager des amours qui s’y glissent

11 juin 1997

C’est un poème maison, un parmi tant d’autres (plus de trois cent, je crois). La photo aussi d’ailleurs. J’aime surtout la première strophe, et l’ambiance qu’il dégage, l’imperfection et le désespoir. Pour la petite histoire, il a été publié en 2001 dans un recueil collectif – avec 5 autres poètes -, tout comme 9 de mes poèmes, sous mon nom véritable… en compte d’auteur déguisé, donc diffusion très restreinte. Il m’en reste quelques exemplaires : le moment venu, j’en donnerais peut-être un à la Direction de la Lecture Publique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

47 + = 49