Passeurs de poèmes:le choix de Michèle 5


 

Deux poèmes de Jean-Pierre Siméon
Poème triste mais gai
à mon père
Ce fut comme si soudain
Il avait mis son cœur
A l’envers
Comme si
Dans le verger de ses bras
Le fruit de son cœur
Soudain était tombé
J’ai vu la nuit prendre son épaule
Comme la vitre était noire!
Et puis
Dans ma main
Il a posé son souffle
Comme un oiseau têtu
C’est cet oiseau aujourd’hui
Qui chante dans ma main


Comme il est bon d’aimer

Comme il est bon d’aimer
Il suffit d’un mot
Pour prendre le monde
Au piège de nos rêves

Il suffit d’un geste
Pour relever la branche
Pour apaiser le vent

Il suffit d’un sourire
Pour endormir la nuit
Délivrer nos visages
De leur masque d’ombre

Mais cent milliards de poèmes
Ne suffiraient pas
Pour dire
Comme il est bon d’aimer

coeur


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 7

5 commentaires sur “Passeurs de poèmes:le choix de Michèle

  • Christian

    Poème
    comme l’appeau
    pour l’oiseau
    comme la peau
    pour la caresse
    comme la laisse
    de mer
    qui nous laisse
    amer
    sans naufrages
    oui même
    sans voyages
    comme rafiots
    sans amers
    sans même
    la mer
    avec tout de de même
    ce qui se dérobe
    et que ta
    peau aime.

  • michèle

    En cherchant un poème pour mes racontines printanières, je suis tombée sur ce poème et j’ai envie de vous le faire découvrir!

    À l’aube du printemps

    À l’aube du printemps,
    Comme un coucou malin,
    Dans le douillet du nid
    D’une grive insouciante,
    Entre les œufs bleutés,
    J’ai glissé mon poème
    Pour qu’il sache chanter.
    Et maintenant j’attends
    L’éclosion avec hâte
    Pour savoir si mes mots
    Sauront aussi voler.

    Paul Bergèse